Des camions électriques pour concurrencer le diesel ? Des chercheurs prouvent que c’est faisable

Des camions électriques pour concurrencer le diesel ? Des chercheurs prouvent que c’est faisable

L’automobile électrique est un secteur en pleine expansion depuis quelques années. Et pourtant, le Belge a mis du temps à s’y intéresser. Les scooters ont le vent en poupe auprès des jeunes, les vélos plaisent aux citadins et la gamme de voiture, quant à elle, s’élargit et s’adapte de plus en plus aux attentes des automobilistes. D’ailleurs, l’Europe de l’Ouest est le hotspot mondial avec plus de 700.000 voitures électriques vendues en 2020. Et en ce qui concerne les poids lourds, c’est une tout autre histoire… [Lire plus…]

Ndlr : Ils ont doublement raison. Parce que le problème de rechercher une autonomie maximale, 800 km, comme pour Tesla, ça fait que le soir les camions s’arrêtent sur une aire d’autoroute pour la nuit et tout le monde doit se brancher, il faut une véritable forêt de chargeurs capables de recharger les camions durant la nuit, autant dire des infrastructrures délirantes. Il faut un chargeur par camion qui passe la nuit, faut imaginer. Et il n’y a pas le choix, parce que recharger une telle autonomie, même avec un superchargeur, prend plusieurs heures.

Avec une autonomie plus faible, il suffit de dispatcher des chargeurs et le camion se recharge deux ou trois fois dans la journée, voilà tout. Pour peu qu’il existe des tronçons à induction pour les recharger en roulant, c’est tout bon et il n’y a plus de saturation des lieux de recharge le soir. C’est d’ailleurs aussi vrai pour la voiture, dont beaucoup se plaignent des véhicules tampon sur les places de recharge. Comme c’est l’autonomie qui domine, on cherche à mettre le plus possible de batteries, et donc la recharge est plus longue, en conséquence de quoi le propriétaire met en charge sa voiture sur la borne et s’en va. Lorsque quelqu’un d’autre voudrait charger, la voiture connectée est chargée depuis longtemps, mais le propriétaire lui est tranquillement chez lui. Avec une autonomie plus faible mais une vitesse de recharge beaucoup plus rapide, on recharge, comme quand on fait le plein, et on débranche et on rentre chez soi, la borne est libre pour l’utilisateur suivant.