Les composites vont-ils transformer l’industrie ?

Les composites vont-ils transformer l’industrie ?

En quelques dizaines d’années, les matériaux composites ont pénétré tous les secteurs de l’industrie. Sur un marché ultra-dominé par les matériaux composites thermodurcissables, les composites thermoplastiques trouvent peu à peu leur place. Et des innovations à venir, notamment en matière de recyclage, devraient leur permettre de s’y installer durablement. [Lire plus…]

Ndlr : Les composites vont remplacer l’acier et l’aluminium dans l’industrie. Le principal remplacement à attendre et celui du plastique et, surtout, de la fibre de carbone que l’on peut fabriquer, l’un et l’autre, à partir de CO2 atmosphérique. Et on peut ainsi construire aussi bien une voiture qu’un avion ou une moissonneuse-batteuse, mais également un pont ou une construction comme la Tour Eiffel. Ce qui est construit en fibre de carbone est plus solide et plus léger. Et comme elle sera issue du CO2 atmosphérique, ça fait que les constructions de l’avenir sont les puits de carbone qui lutteront contre le réchauffement climatique. Et ce d’autant que de surcroit en concurrençant la métallurgie chaque construction en fibre de carbone à base de CO2 c’est autant d’alu et d’acier, une industrie très émettrice, en moins. De plus comme la fibre de carbone a la capacité d’agir comme un condensateur, elle va réduire la nécessité de disposer de batteries pour la propulsion électrique.

Par exemple, un avion électrique à hydrogène n’aura plus besoin de batteries, sa pile à combustible étant connectée directement à la structure de l’appareil. Les voitures, elles, n’auront plus besoin, ou presque plus, de batteries. Elles seront tellement légères, avec leur énergie stockée dans la carrosserie, que leur autonomie pourrait devenir virtuellement illimitée, on ne les rechargerait que lors des longs trajets. Surtout si on a ajouté des cellules photovoltaïques sur les carrosseries des appareils, qui pourraient même devenir structurantes à l’avenir si elles sont intégrées directement à la fibre.

Et la résine, elle, est biosourcée, à base d’amidon de maïs, par exemple. Bien plus stable que les résines polymères, epoxy ou polyester, actuelles.