Plastique : HSBC suggère à Coca-Cola de revenir aux bouteilles réutilisables

Face au risque d’une multiplication des taxes ou des interdictions frappant le plastique vierge, ainsi qu’au rejet croissant de cette matière par les consommateurs, la stratégie consistant à miser sur le recyclage ne suffit plus, estime la banque britannique HSBC. Coca-Cola lui paraît particulièrement bien placé pour profiter des opportunités d’un retour aux bouteilles réutilisables. [Lire plus…]

Ndlr : C’est absurde, au mieux une vision purement économique à très court terme ! Le verre est extrêmement lourd c’est infiniment plus de transport et de manutention, avec tout ce que ça implique. Le plastique est beaucoup plus écologique et le fait qu’on le retrouve dans les océans n’a rien à voir avec son utilisation.

Une très mauvaise direction que nous prenons qui est une catastrophe pour la planète, le plastique étant non seulement beaucoup plus écologique, mais en plus on pourra le produire à partir du CO2, alors que le verre ce n’est pas possible. Ce qu’il faut, c’est que le plastique n’aille plus dans l’océan, c’est tout !

Le plastique est écologique quand sa gestion est du même ordre, donc il s’agit de gestion, pas d’utiliser du verre. Ce n’est absolument pas normal que le plastique se retrouve dans la nature. Et si c’est le cas, c’est en raison de la désorganisation des pays pauvres, essentiellement l’Inde, la Chine et le Bangladesh. La Chine est en train de régler le problème, mais en Inde et au Bangladesh, il est juste hallucinant. De passer au verre ne changerait donc strictement rien sur ce plan-là.

« Le verre fait moins de dégâts dans la nature. »

Parce qu’il est inerte ? Non, ce n’est pas le cas, c’est juste qu’on a oublié les plages couvertes de verre. Il y a même des plages multicolores où le verre est devenu des galets. Mais il y a 40 ans on ne pouvait pas marcher pieds nus sur les plages.

« Le verre est lourd, parlez nous du transport du pétrole… »

Il en faut très peu pour faire du plastique et le transporter, par contre il faut énormément d’énergie pour transporter le sable pour le verre et le faire fondre à 1000° sans parler des autres composants.

« La fabrication de plastique via co2 c’est infime. »

On peut même dire qu’il n’y en a pas encore, ce qui n’est pas un problème. Par contre, il n’y en aura pas si on bascule dans le verre qui lui pollue et nous privera alors de la possibilité de dépolluer l’environnement.

« Et quel est la consommation énergétique d’un réacteur à conversion ? »

Infinitésimale, surtout par rapport à l’énergie qu’il faut pour produire du verre, on est dans un rapport de l’ordre d’un facteur 10.

Cela dit, pour produire du plastique à base de CO2, il faut le convertir en méthane, ce qui se fait « simplement » avec un réacteur solaire. Ce qui induit par ailleurs qu’en convertissant massivement ce CO2 extrait massivement, ce qui induit déjà une considérable industrie génératrice de richesse, puis en le convertissant en méthane, ce qui en induit une autre, on produit de l’énergie. Le méthane peut donc servir à faire du plastique, ce qui permet la continuité de l’industrie existante, alimenter la gazinière ou un moteur.

Laisser un commentaire

Fermer le menu