Les promesses de l’Hyperloop tiendront-elles la route?

La technologie de transport Hyperloop, qui permettra à terme de transporter des marchandises et des passagers à des vitesses terrestres jamais atteintes dans le civil, poursuit ses avancées. Trois entreprises en particulier sont au-devant de la scène et sont à l’étape des prototypes ou sur le point de l’être. Mais de leur propre aveu, de nombreux défis techniques restent à surmonter. [Lire plus…]

Ndlr : Au moins ils sont conscients. Hyperloop ne fait pas vraiment rêver, il n’a pas grand intérêt. Sur courte distance, disons jusqu’à 500 km, il n’aura de toute façon pas le temps d’atteindre les fameux 1200 km/h puis de ralentir. Sur grandes distances, plusieurs milliers de kilomètres, l’avion sera devenu électrique lorsqu’il sera au point. Sur très courtes distances, il n’apporte rien de plus qu’un vulgaire métro, sinon qu’il est « conceptuel ». Hyperloop est un concept très hautement technologique qui nécessite de coûteuses et encombrantes infrastructures fixes, des gares, alors que l’avenir est à l’hypermobilité. Nous aurons des taxis volants bien avant la voiture autonome, bien avant Hyperloop. Et en face le train n’a pas fini de se développer pour l’interurbain, c’est juste pour les liaisons locales qu’il est obsolète.

Hyperloop, de par son concept même, est confiné à l’exploitation en tant que curiosité technologique. Ca pourra intéresser sur une liaison Los Angeles San Francisco, histoire d’offrir une attraction aux touristes et aux hommes d’affaires. Il y aura toujours un marché quelque part pour ce genre de produit, mais les contraintes qu’il impose vont le limiter naturellement.

En attendant, ils ont raison, ils n’ont pas fini de se confronter à des tas de phénomènes exotiques à de telles vitesses envisagées. Parce que ce n’est pas parce que la pression dans le tube est très basse qu’à cette vitesse il n’y a pas de gifle au passage de la capsule. Nous parlons quand même de la vitesse d’une balle de fusil.

Laisser un commentaire

Fermer le menu