Les pharmacies préparent leur « big bang » pour survivre face à la concurrence

Les pharmacies préparent leur « big bang » pour survivre face à la concurrence

Acculées par la baisse des marges et la concurrence des parapharmacies, le
[ Lire plus… ]

Ndlr : Alors là, chapeau… voilà qui fait plaisir à lire. Depuis le temps que je dis que l’existence de la pharmacie n’a plus lieu d’être depuis qu’elle n’est plus qu’une épicerie à médicaments et dont le coût est exorbitant pour la Sécu (comme ici tout récemment : http://sco.lt/5TEn1V )…  Je m’étais disputé avec des pharmaciens qui s’étaient regroupés autour de moi comme des mouches sur Scoopit où je les attaquais en leur faisant remarquer leur anachronisme et ils avaient bien compris que soit leur modèle changeait, soit ils disparaîtraient. Mais pas le métier de pharmacien, seulement les officines.  Effectivement, d’offrir des services complémentaires serait une solution pertinente au maintien des pharmacies. Je propose que les pharmacies disposent déjà toutes d’une cabine de santé.  Ainsi, que les réseaux de pharmacie disposent de leurs propres médecins en ligne. Ca permettrait de résoudre les déserts médicaux, de redonner une valeur ajoutée à la pharmacie, d’impliquer plus le pharmacien dans le suivi santé des patients et de les rapprocher des médecins.  Je peux témoigner, avec ce qui se passe dans mon village, que lorsque la pharmacie interagit directement avec les médecins, la performance est étonnante (mais ça n’a pas empêché la pharmacie de faire faillite et d’être reprise par un groupe).