He’s one of the only humans at work — and he loves it

He’s one of the only humans at work — and he loves it

SHANGHAI — Inside a warehouse the size of seven football fields, hundreds of robots pack roughly 200,000 boxes each day and ship them to customers across China. Four humans babysit. [Lire plus…]

Ndlr : Infiniment moins de salariés, mais plus heureux, avec un meilleur salaire, travaillant moins, confortablement avec une haute qualité de vie.

…Mais que deviennent les autres ?

Et c’est là qu’on peut soit foutre en l’air le monde en le contaminant de millions d’usines pour produire des montagnes de merdes bas-de-gamme comme on le fait aujourd’hui… ou en profiter pour élever l’humanité au rang supérieur de son évolution en la plaçant au sommet de l’intelligence collective, avec une production dévolue aux robots plus qualitative et plus écologique puisque dépourvue de l’obligation de donner du travail.

Laisser un commentaire

Fermer le menu