Egypte : le trafic d’organes se développe

Egypte : reportage sur le trafic d’organes qui se développe aux dépens des migrants. La moitié des greffes seraient illégales dans le pays. Erythréens, Soudanais et Syriens sont parmi les premières victimes.

Ndlr : honnêtement, je dois avouer que j’ai un peu de peine à éprouver de la pitié. Le type qui est assez grand pour décider de quitter son pays en payant 35’000$ à un passeur pour venir crever en Europe quitte à vendre un rein n’est pour le moins pas une lumière. 35’000$ au Soudan, où l’on gagne 50$ par mois, c’est une sacrée somme, de quoi créer une belle entreprise. Donc, à un moment donné, l’excuse de la naïveté, ça va ! Il est majeur, vacciné… et con comme un balai !

Après, ça n’enlève rien au fait qu’il serait plus que temps d’arrêter de faire preuve d’empathie envers ces trafiquants de chair humaine. Aussi bien les passeurs que les trafiquants d’organes. Qui sont d’ailleurs certainement complices, il y a fort à parier que les passeurs fournissent les clients aux trafiquants d’organes. C’est assez incroyable que l’on puisse être aussi pourri et que personne ne fasse rien.