CHUTE DU TRAFIC AÉRIEN, ENVIRONNEMENT… FAUT-IL ABANDONNER LES PROJETS D’EXTENSION D’AÉROPORTS?

CHUTE DU TRAFIC AÉRIEN, ENVIRONNEMENT… FAUT-IL ABANDONNER LES PROJETS D’EXTENSION D’AÉROPORTS?

Une dizaine de projets d’extension d’aéroports sont en cours ou à l’étude en France. Si les militants écologistes réclament leur abandon, les défenseurs du transport aérien les jugent nécessaires à long terme. [Lire plus…]

Ndlr : Contrairement aux populismes simplistes pseudo-écolos, la question des voyages dans l’avenir ne se pose pas. Non seulement nous voyagerons de plus en plus, de plus en plus loin, de plus en plus souvent, mais le transport aérien est l’un des piliers de la transition écologique. Dans 30 ans, le transport le plus polluant ce sera le train, du moins avec des voies et des roues.

La question qui se pose, c’est de savoir si même avec la hausse du transport aérien à venir il faudra toujours agrandir les aéroports ? Parce que le transport aérien va devenir de plus en plus protéiforme et sur courte distance, et moyenne à terme, l’avion sera remplacé par d’autres types d’engins, qui ne nécessitent pas de piste. L’avenir de l’aérien pour les distances de moins de 1500 km est dans le VTOL. Et le VTOL décolle du toit d’un building, d’un parking, d’une aire d’autoroute ou du toit d’un terminal d’aéroport.

Agrandir les aéroports pourrait donc s’avérer inutile, puisqu’ils ne servent qu’aux avions. Et même si on voyage plus, il pourrait y avoir moins d’avions.

Pour illustrer, il se pourrait que demain on fasse Sydney-Paris en nous posant à Londres, puis on prend le VTOL jusqu’à Paris. Aujourd’hui, pour le grand interurbain on prend l’avion, Barcelone-Paris, Paris-Berlin, Francfort-Vienne. Demain, on prendra le VTOL comme on prend le bus aujourd’hui. Donc tous ces trajets n’auront plus besoin d’aéroport. Du coup, on risque de se retrouver avec des infrastructures démesurées si on agrandit n’importe quoi n’importe comment.

Il ne faut pas oublier qu’on a déjà construit des aéroports n’importe comment, qui sont bien incapables d’être rentables, tellement il y en a. Dans mon coin il y a l’aéroport international de Pau et l’aéroport international de Tarbes, à 40 km de distance. Résultat : les vols sont dilués sur les deux et ça fait que les deux ne fonctionnent pas et ne fonctionneront jamais. Il en fallait évidemment un unique pour les deux villes.

Donc oui aux extensions si elles sont utiles, mais cessons de faire n’importe quoi dans le but de bâtir et concurrencer le voisin.