Vers une société sans travail ? | The Flares

Vers une société sans travail ? | The Flares


L’intelligence artificielle sera intégrée à des systèmes qui feront des tâches plus rapidement que 10 humains. L’équation est simple : Moins de personnes pour atteindre une plus grande productivité. Il faut donc dès à présent, réfléchir à une société sans travail !

A travers cette série vidéo, notre but est de de confronter les théories scientifiques et sociologiques d’aujourd’hui, aux hypothèses du monde de demain afin de partager ensemble, le loisir d’imaginer le futur.
[ Lire plus… ]

Ndlr : Il faut tendre vers cela. Nous avons longtemps vu le chômage comme un mal à combattre, alors qu’il devrait être une opportunité pour pouvoir enfin libérer l’homme de sa condition de machine outils, qu’il n’a pas eu le choix d’occuper.

Je tiens à rappeler que le travail salarié tel qu’on le connaît aujourd’hui n’existe que depuis le XIXème siècle. Il a été instauré à une époque où seule une part infime de la population avait les moyens financier et le niveau d’instruction nécessaire pour investir et donc créer l’outil de production. Le reste de la population, frustre et inculte, n’avait pas d’autre choix que de travailler pour cette même oligarchie, non seulement du fait qu’ils ne disposaient pas de moyens financiers et culturels, mais en plus, parce que les machines ne pouvaient tout simplement pas fonctionner seules. Il leur fallait donc des ouvriers pour les faire fonctionner.

En ce XXIème siècle, les choses pourraient bien changer. Maintenant que le peuple est plus riche et plus instruit grâce à la création de richesse permise par les progrès de la technologie du XXème siècle, et que les machines deviennent de plus en plus autonomes, il est tout à fait envisageable de libérer le peuple de la contrainte travail et ainsi lui permettre de contribuer davantage à la société.

Si une société libérée de la contrainte travail permet aux hommes de pouvoir enfin s’épanouir par l’activité librement consentie, cela a aussi un avantage sur le plan environnemental. En effet, une société libérée du travail, c’est une société qui produira moins, mais plus qualitativement et non plus quantitativement et bon marché.

L’intérêt à ce que chacun ait son propre bien n’avait qu’un seul intérêt : donner du travail au plus grand nombre. En effet, il faut des emplois pour récupérer les nombreuses matières premières. Il en faut d’autre pour les transformer et les assembler pour obtenir les nombreux produits voulus. Il en faut pour les transporter et bien sûr les distribuer. Et naturellement, il faut que ces marchandises soient bon marché pour que tout le monde achète et jetables pour créer des emplois dans le recyclage et renouveler le plus rapidement possible pour relancer la machine. Grâce à l’automatisation, et le fait qu’il n’y aura plus le souci de créer le plus d’emploi possible, il sera possible de rendre la production qualitative et chère. Par conséquent, il ne sera plus question que chacun dispose de son propre bien.

À l’avenir, les individus seront amenés à être de moins en moins propriétaires individuels de biens de consommation. Durant la période consumériste, le fait de posséder chacun sa voiture, chacun son pavillon, chacun son électroménager et ainsi de suite, n’avait pour but que de donner du travail à ceux qui les fabriquaient. Si le souci n’est plus de faire travailler les individus, ils seront d’avantage locataire des biens cités précédemment et qu’ils utiliseront de façon ponctuelle, selon leurs besoins. Par exemple, pour la voiture qui deviendra de plus en plus autonome, ce qui de fait la rendra plus chère en raison de son haut niveau de sophistication, tout le monde ne pourra pas en posséder une individuellement. En revanche, les individus pourront mettre en commun leurs moyens en créant une société dont ils seront actionnaires et qui possédera la, ou mêmes les voitures pour peu que plus d’un fondateur possède lui-même une voiture. Dans cette situation, la voiture autonome est mise à la disposition des individus qui ont créé la société. Ainsi, chaque fois qu’ils paient pour louer ses services, ils font en sorte que leur entreprise génère des bénéfices, ce qui leur permet de toucher des dividendes. Bref, les individus seront à l’avenir d’avantage propriétaires de sociétés qui loueront des biens, que propriétaires individuels pour répondre à leurs besoins. Par ailleurs, même des constructeurs automobiles commencent à s’adapter à ce mode de consommation en commençant à offrir des services de location de longue durée de voiture, et même de camion avec Volvo.

C’est quand compter sur le fait que ce mode de consommation, qui garantira la croissance, sera bien plus écologique. En effet, les produits à forte valeur ajoutée étant chers, il n’y aura pas besoin d’en produire une grosse quantité qu’il faudra gérer par la suite. Les entreprises consommeront moins de matières premières, d’énergies et généreront moins de déchets. Elles n’auront pas non plus besoin de grandes usines nécessitant de grandes surfaces pour produire. De ce fait, non seulement elles généreront plus de bénéfice, mais en plus, elles auront un impact environnemental moindre. Bref, produire moins et cher sera bien synonyme de croissance et de respect de l’environnement. Pour obtenir de la croissance, il faut créer de la richesse. Et pour créer de la richesse, il suffit de produire peu et qualitatif.

Bref, l’automatisation ouvre de nombreuses perspectives pour nos modes de vies. Compte tenu de la forte valeur ajoutée des biens en question, au lieu qu’on en ait tous chacun un, on se réunira en entreprises qui posséderont ces mêmes biens pour qu’on se les loue entre nous. Ainsi, à chaque utilisation, l’entreprise générera des bénéfices qui seront redistribués en dividendes aux actionnaires que nous deviendront. C’est toute la quintessence de la Transition Sociétale. Mais pour que cette automatisation de la société puisse bénéficier au plus grand nombre, il faut mettre sur pied une politique globale visant à créer un environnement propice à la coopération entre les individus contributeurs. Cette nouvelle société ne pourra être mise en place que par un Renouveau Sociétal.

Laisser un commentaire

Fermer le menu
EnglishFrench