Toyota : «Après l’arrêt du diesel, nous levons le pied sur l’essence»

Dix-huit mois après avoir pris les commandes de Toyota France, Didier Gambart annonce arrêter les moteurs essence, hormis sur ses deux citadines Aygo et Yaris. Il réagit aussi au rappel de milliers de voitures hybrides. [Lire plus…]

Ndlr : Il y a encore cinq ans, chaque voiture électrique était rien de plus, rien de moins, qu’une voiture nucléaire. Pour plusieurs raisons, tout d’abord parce que souvent elle ne remplaçait pas la voiture à pétrole, elle était en plus. Mais aussi parce que la technologie les rendait fortement inefficientes. Comme tout produit en développement, la technologie, les process de fabrication distribution, les usages, les circuits de recyclage, ont évolué. Aujourd’hui, bien que nous n’en sommes encore qu’au tout début de l’aventure, là où en était le train au début du 19ème siècle, la voiture électrique est déjà aussi polluante qu’une voiture thermique. Autrement dit, une voiture électrique du début de son histoire n’est pas plus polluante que la plus évoluée des voitures thermiques. Sachant que la voiture offre quand même déjà des avantages, entre l’agrément de conduite, le silence, la propreté…

D’un point de vue énergétique, c’est pareil, contrairement à ce qui est cru, de passer à l’électricité ne consomme pas beaucoup plus d’électricité qu’en roulant au pétrole, explications :

Chaque litre d’essence ou diesel permet de générer 10 kW. Pour produire et distribuer ce litre de carburant, il a fallu entre 3,5 kW et 5 kW. Mais la rentabilité moyenne des moteurs à combustion interne est inférieure à 30% (25% pour l’essence et 35% pour le diesel), le reste est évacué en chaleur, ce qui fait que seulement 27% de l’énergie passe dans les roues. Autrement dit, Sur les 10 kW d’un litre d’essence, seulement 2,7 kW passent dans les roues et 6,3 kW sont gaspillés, alors qu’il en a fallu en plus environ 4,5 kW pour le fabriquer, soit grosso modo 11 kW par litre de carburant qui ne dégage que 10 kW sont perdus. Le moteur électrique lui a un rendement supérieur à 85% ce qui fait que plus de 60% de l’énergie passe dans les roues, plus du double de l’essence.

Ca fait qu’au final si tout le monde roulait à l’électrique, on ne consommerait que 5% d’énergie en plus. Seulement, le jour où tout le monde roule à l’électrique, la société toute entière se sera considérablement électrifiée, les chauffages, les transports, les machines agricoles, de chantier, etc… Or, une société entièrement électrifiée serait plus de 40% moins gourmande en énergie en raison même de l’efficience supérieure de l’électricité. Pour illustrer, disons qu’aujourd’hui la Terre consomme 100 unités énergétiques (pétrole, électricité, charbon, etc… ) en passant au tout électrique, sans rien changer au mode de vie, mais avec une qualité de vie supérieure grâce à un environnement plus sain, 60 unités lui suffiraient.

Laisser un commentaire

Fermer le menu