Les riches sont-ils utiles à l’économie ?

L’Histoire serait-elle en train de se répéter ?

Crise environnementale, concentration des richesses, augmentation des inégalités : en 450 av. J-C, la Gaule a connu une situation étrangement contemporaine.

Revoir le dernier numéro de l’Angle Éco : « Les riches sont-ils utiles à l’économie ? » [Lire plus…]

Ndlr : Il y aurait vraiment beaucoup de choses à dire. Je pense que Thomas Porcher, avec ses positions purement gauchisantes du 20ème siècle et son interlocuteur, qui soutient un très mauvais pari qui va enrichir les riches d’argent qu’on ne pourra plus récupérer, ont tort.

La solution économique la plus naturelle à laquelle il faut parvenir est le ruissellement. On a vu que de simplement favoriser les riches ne faisait que les enrichir. Et aux USA où ils sont très fortement favorisés, comme de juste, l’inégalité est parmi les plus graves de l’OCDE. Pourtant, le ruissellement pourrait fonctionner, à condition de ne pas porter sur la seule bonne volonté.

Je crois donc au ruissellement, à condition qu’il soit organisé. Il peut se faire naturellement,mais pas spontanément, il faudra le forcer un peu. Je suis opposé à toute forme de sanction. L’impôt en est une, c’est une punition pour avoir gagné de l’argent. Une punition qui compromet le pouvoir d’achat des classes moyennes et permet à ceux qui ont les moyens de l’éviter de s’y soustraire. Ce ne sont donc pas les riches qui sont à l’origine de l’évasion fiscale, mais l’impôt. Soyons honnêtes, du moment qu’ils ont les moyens de l’éviter,ils ont raison de le faire et nous le ferions tous. Imaginez-vous gagner 2 milliards, on vous demande ne serait-ce « que » 500 millions, il vous resterait tout-de-même 1,5 milliards pour vivre toute une année, ça devrait suffire pour survivre. Il n’en reste pas moins que 500 millions c’est 500’000’000 ! Au moment de faire le chèque, vous vous direz tout naturellement que si ça pouvait n’être que 200’000’000 ça irait aussi, la différence est pour le moins ténue. Et, par conséquent, vous allez vous mettre à chercher le moyen d’y parvenir, c’est humain.

Du coup, ce qu’il faut, c’est inciter, en échange de bénéfices. Et là on peut voir que ça marche. Par exemple avec le marché de l’art, défiscalisé en échange de la possibilité de s’enrichir avec alors que ça soutient le marché de l’art et seuls les bénéfices sont taxés.

Alors, pour que ça marche, pour mettre fin à l’évasion fiscale, moi je préconise de mettre fin à l’impôt sur le revenu, tout bonnement. Et on peut le remplacer par un impôt sur le niveau de vie, pondéré de l’interactivité par l’investissement.

Et cet impôt sur le niveau de vie, qui incite à la mixité sociale peut être grevé d’un facteur de multiplication purement social calculé sur l’inégalité. Tant qu’il y a de l’inégalité, l’impôt est élevé, dès qu’elle recule le facteur diminue. Eventuellement jusqu’à zéro, pourquoi pas ?

Pour lutter contre les hauts salaires, il faut mettre en place une fiscalité incitative qui garantit que le patrimoine investit sert bien à l’intérêt commun et fait en sorte que les actionnaires paient des impôts sur le revenu du dirigeant. Ainsi, on peut cumuler un système qui contraigne les riches à contribuer à l’économie réelle en échange d’une défiscalisation, tout en luttant à la fois contre l’actionnariat stérile et les salaires délirants.