Les Etats-Unis prêts à prendre le contrôle de Nokia et Ericsson pour contrer Huawei sur la 5G

Les Etats-Unis prêts à prendre le contrôle de Nokia et Ericsson pour contrer Huawei sur la 5G

Si Washington avait déjà émis l’idée d’aider financièrement les deux entreprises européennes, c’est la première fois qu’une possible prise de contrôle est évoquée.
[ Lire plus… ]

Ndlr : C’est une croyance de penser que les chinois sont en avance. C’est juste qu’ils déploient plus vite la technologie, mais la nôtre est beaucoup plus aboutie, plus efficace, il faut juste l’industrialiser, c’est une question d’investissement.

J’ai toujours considéré comme une pure folie d’installer partout, à tous les niveaux, des équipements chinois. Et pas seulement dans les télécommunications, même à l’intérieur des équipements, on installe des puces chinoises. Qui peut dire que certaines ne sont pas communicantes ? On a aucun moyen de le savoir. La Chine aura un jour la main-mise intégrale sur l’internet et l’informatique mondiaux. 100% des ordinateurs, des routeurs, des équipements relais du monde, ont des composants chinois. Et pour communiquer, il suffit qu’une puce avec un rôle quelconque, de gestion de l’alimentation ou du bus, comporte un nanochip de communication à l’intérieur pour ouvrir une porte sur le PC pour y installer de quoi en prendre le contrôle sans que l’utilisateur s’en apercoive. https://lmc.today/bloomberg-revele-de-nouvelles-preuves-dans-laffaire-des-puces-espionnes-chinoises/

Un jour, si les chinois le veulent, chaque cafetière, chaque frigo, chaque serrure, chaque store électrique, connecté, pourra devenir un élément communicant qui pourra télécharger un malware qu’il distillera sur le réseau et qui s’activera sur des dizaines de millions de machines en même temps paralysant tout un pays, voir tout un continent.

Et ce n’est pas une vue de l’esprit, on peut même attaquer aujourd’hui le réseau via le réseau électrique, par exemple au travers d’une climatisation. https://lmc.today/kaspersky-pirater-des-climatiseurs-mene-a-la-panne-delectricite-generale