Les droites radicales fondent sur le globe

Les droites radicales fondent sur le globe

Brésil, Turquie, Philippines, Etats-Unis, Europe… Les démocraties voient des leaders nationalistes et populistes accéder au pouvoir ou monter dangereusement dans les sondages. Un phénomène nourri par la défiance envers les élites et la xénophobie. [Lire plus…]

Ndlr : Bientôt le grand nettoyage ? Non, je ne crois pas, je ne pense pas que l’extrême-droite passe. Le monde est devenu plus complexe que ça. Ils vont à chaque fois faire une flambée, poussés par la déception et l’espoir d’une autre solution, élus sans résultats probants et même négatifs, puis virés aux urnes suivantes.

L’article parle du parti xénophobe suisse, l’UDC, donc. En 2004, on a élu Christoph Blocher qui tapait du pied depuis des années pour être conseiller fédéral et ainsi pouvoir combattre l’immigration. Parvenu au pouvoir, il a coupé tout ce qu’il pouvait qui touchait aux migrants, fermé des centres, supprimé des aides, renforcé les contrôles. Résultat : les migrants sont entrés dans la clandestinité, ceux qui étaient des migraux déclarés, comme on avait plus de centres pour les héberger, il a fallu ouvrir les abris de protection civile pour créer des centres d’urgence et pour contrer les conséquences de la baisse des aides les communautarismes se sont renforcés, solidarisés. Très rapidement le nombre de migrants n’a jamais été aussi élevé. On se disait que Blocher devant l’échec  allait démissionner… eh bien non, il a tenu bon, jusqu’au bout de son mandat, durant lequel il a foutu en l’air un tas de trucs et la Suisse était la risée du monde, même aux USA on riait de sa politique.

L’article cite l’Italie, le pouvoir à peine parvenu au pouvoir s’est permis des choses inouïes, comme d’interpeller le maire de Riace, village célèbre dans le monde entier pour son intégration réussie, il ne faudrait pas croire que ça ne prêtera pas à conséquence. Et le budget n’a pas été validé par la Commission européenne en raison de son déficit excessif. Il faut bien comprendre que 2,9% de déficit sur un budget comme le budget de l’Etat italien, c’est des dizaines de milliards de dette souveraine en plus. Alors le peuple va applaudir à l’idée d’un gouvernement qui pense à lui…puis il va falloir augmenter les impôts pour payer les intérêts de la dette la plus lourde d’Europe, qui vont non seulement monter, mais augmenter avec la masse. Il ne faut pas croire que ça ne prêtera pas à conséquence non plus.

Aux USA Trump a produit ses effets bénéfiques visibles, baisse du chômage, retour de la crainte des USA partout sur le monde. Les américains sont fiers… mais à peine deux ans après les premières conséquences négatives deviennent à leur tour visibles : le monde se réorganise sans les USA, alors même que Trump a dû faire marche arrière sur bien des points. Le chômage est au plus bas, mais les salaires n’ont pas augmenté d’un iota et sont toujours au niveau des années 90. La misère est criante et se propage, les classes moyennes sont laminées et les pauvres sombrent dans la misère. Wall Street commence à chanceler sous les coups de boutoir des investissements qui ralentissent. Une bouffée d’antiaméricanisme s’élève partout et, pour clore le tout, le pays, déjà dans le peloton de queue pour l’inégalité, voit le fossé riches-pauvres se creuser à une vitesse jamais atteinte.

Donc, attendons… nous y verrons plus clair dans 5 ans, quand les nouvelles solutions seront apparues et que les conséquences des votes populistes se seront bien faites sentir sur les peuples.

Laisser un commentaire

Fermer le menu