LA CROISSANCE CHINOISE TOMBE À UN PLUS BAS DE 28 ANS, LES INVESTISSEURS TREMBLENT

La croissance chinoise progresse au rythme le plus faible depuis 1990. Les efforts de désendettement, les conflits commerciaux et une demande intérieure en baisse font décélérer le rythme d’expansion de la deuxième économie du monde. [Lire plus…]

Ndlr : C’est normal, la Chine sort de son émergence, elle entre dans les économies avancées et fatalement sa croissance ne peut que s’amoindrir. La Chine touche à la fin de ses « trente glorieuses ». Pourquoi trente ans ? Parce que ça représente la moitié d’un cycle de Kondratiev qui dure une soixantaine d’années. Et c’est observable partout. Et un cycle se décompose en trois parties :

  • La progression
  • La stabilisation
  • La dégression

Ainsi, nous avons 15 ans de progression où l’économie s’améliore. Suivis de 30 ans de progrès social. Puis 15 ans de dégression jusqu’au fond du trou… avant d’entamer une nouvelle période de progression. Bien sûr, ce n’est pas mathématique, c’est sociétal, ça repose sur des facteurs humains et est donc exposé aux guerres, aux choix politiques. Mais c’est une ligne générale, qui a fonctionné pour nous aux 19ème et 20ème siècle. Aujourd’hui ça ne fonctionne plus parce que nous sommes exposés non plus à une évolution économique, mais à la singularité technologique qui impose un changement de société. Nous sommes au bout d’un cycle historique long, chers à Schumpeter et Braudel qui voient là des sauts civilisationnels consécutifs à des poussées d’innovation, ce que Schumpeter appelle « grappes d’innovations » (les machines il y a deux cent ans, le crédit il y a 400 ans, les armes à feu il y a 600 ans, etc., aujourd’hui c’est l’abolition des distances grâce au numérique, internet, l’IA et aux transports, le monde se globalise).

Laisser un commentaire

Fermer le menu