If the cement industry were a country, it would be the third largest emitter in the world.

If the cement industry were a country, it would be the third largest emitter in the world.

In 2015, it generated around 2.8bn tonnes of CO2, equivalent to 8% of the global total – a greater share than any country other than China or the US. Cement use is set to rise as global urbanisation and economic development increases demand for new buildings and infrastructure. Along with other parts of the global economy, the cement industry will need to dramatically cut its emissions to meet the Paris Agreement’s temperature goals. However, only limited progress has been made so far. [Lire plus]

Traduction :

« La société américaine Solidia affirme que son béton émet jusqu’à 70% moins de CO2 que le ciment Portland, y compris cette étape de séquestration. L’entreprise est aujourd’hui en partenariat avec le grand cimentier LafargeHolcim.
De même, la start-up britannique Novacem – une spin-out de l’Imperial College de Londres – a affirmé en 2008 que le remplacement du ciment Portland par son produit «carbone négatif» permettrait à l’industrie de devenir un puits net d’émissions de CO2. Cependant, l’entreprise n’a pas réussi à réunir suffisamment de fonds pour poursuivre la recherche et la production.
D’autres entreprises utilisent des matériaux complètement différents pour fabriquer du ciment. La start-up Biomason,basée en Caroline du Nord, par exemple, utilise des bactéries pour cultiver des briques de ciment qui, selon elle, sont à la fois aussi solides que la maçonnerie traditionnelle et la séquestration du carbone. »