Et si Apple rachetait Tesla ?

INTERVIEW – Actionnaire minoritaire de Tesla, Ross Gerber, président du fonds Gerber Kawasaki, estime que le constructeur est sorti de l’ornière financière. Il appelle Apple à signer un partenariat stratégique avec Tesla, en prenant 20% du capital. [Lire plus…]

Ndlr : Souvenez-vous, je vous en parlais il y a désormais plus d’un an, alors que Tesla était tout bonnement en faillite et a finalement été sauvé par les saoudiens (ce que Challenges qualifie de « vendre son âme au diable », avait-il bien fait ? L’Histoire jugera). A l’époque certains trouvaient ça absurde, ça l’est comme de juste de moins en moins. Mais je vous parlais aussi de Google, dont parle l’article, mais aussi de Dyson, dont on ne parle jamais.

Apple ne communique pas sur ses activités autour de l’automobile autonome. Mais ce qui est sûr c’est qu’ils disposent du marché, du design, de technologies sur le stockage d’énergie et d’un point de vue informatique ils sont au sommet et je ne serais pas surpris qu’ils disposent d’un autopilote bien plus évolué.

Google, nous le savons, ont le seul autopilote en circulation sur route ouverte, c’est dire leur avance technologique sur le secteur, en plus de tout le reste, avec leur expérience de guidage GPS et l’accès à l’ensemble des services d’Alphabet.

Mais Dyson a un petit truc que les autres n’ont pas : un moteur ! Chez Dyson, ils ont développé sur plus de dix ans et des dizaines de millions un « moteur numérique » qui aujourd’hui ne sert qu’à leurs aspirateurs. Mais son rendement est tel que sur une voiture, il pourrait augmenter considérablement l’autonomie et la sécurité. Les particularités essentielles de ce moteur est d’exploiter chaque parcelle d’énergie disponible et d’être capable de gérer très finement la consommation, pas un milliwatt de plus que nécessaire n’est consommé.

Là, nous avons Ross Gerber qui nous fait un grand sourire, il peut. Non pas que je pense, contrairement à ce qu’il dit, que Tesla soit le seul constructeur capable de faire ce qu’ils font. Si les autres ne le font pas, c’est juste qu’ils estiment que ça n’en vaut pas la peine. Il pointe du doigt BMW, mais en fait c’est simplement que BMW ne veut pas entrer sur le marché juste dans le but de concurrencer Tesla qui, je le dis depuis longtemps, technologiquement, ne casse pas trois pattes à un canard. Contrairement à ce que croit Ross Gerber, Tesla n’est de très loin pas au sommet de la technologie. Au niveau pilote automatique chez Peugeot, Volvo  ou VW, on a largement équivalent. Et en matière de batteries et de moteurs, Tesla est une vieille technologie développée au début des années 90. Aujourd’hui, la technologie de pointe, c’est la fibre de carbone pour la carrosserie, qui permet de stocker l’énergie, des batteries solides et légères parfaitement écologiques, c’est du design… où Tesla pêche aussi largement.

Mais si Google, Apple, Dyson, prenaient tous 20% des parts ? Tesla accéderait a des capacités de financement en centaines de milliards et les meilleurs au monde dans tous les secteurs complémentaires indispensables à la construction d’une voiture. Tesla fournirait alors la capacité de production que Musk s’est acharné à développé, chacun amènerait son obole et alors la marque deviendrait tout simplement la meilleure du monde et avec une telle avance technologique qu’elle écraserait tous les constructeurs traditionnels.

Laisser un commentaire

Fermer le menu