Climat : les réseaux électriques intelligents au coeur des enjeux

Climat : les réseaux électriques intelligents au coeur des enjeux

Ce sont probablement les mots de conclusion d’Alok Sharma, le président de la Cop26, qui résument le mieux le bilan de conférence de Glasgow, quand, retenant ses larmes, il se dit « profondément désolé… Je comprends la profonde déception mais il est également vital que nous protégions cet accord ».[Lire plus…]

Ndlr : C’est LE point qui défrise les opposants aux ENR, ce qui les dépasse et qu’ils ne comprennent pas.

Aujourd’hui, le réseau électrique est géré comme un réseau ferré, on réoriente l’électricité comme on oriente des trains vers une voie où une autre. Untel réseau a besoin d’énergie, on monte un disjoncteur et on envoie du jus. Ici on peut prendre un peu pour l’envoyer là, on abaisse un disjoncteur et on lève un autre. Comme un aiguilleur envoie des trains sur une voie ou une autre. Si nécessaire, s’il y a des manques d’énergie, on peut modifier un peu la fréquence, abaisser un peu la tension, délester des industries grosses consommatrices, etc..

Le smart grid, ou « réseau intelligent », lui est géré par une intelligence artificielle qui fait tout ça en même temps des milliards de fois par jour et à un niveau microlocal. Elle envoie LE watt qu’il faut là où il faut quand il le faut en le prenant là où il y en a. Le smart grid fait de la dentelle quand le réseau actuel est un simple drap.