Terrorisme : l’Union européenne pourrait interdire le chiffrement

Terrorisme : l’Union européenne pourrait interdire le chiffrement

La radio autichienne ORF a affirmé avoir récupéré un document, daté du 6 novembre, adressé au Conseil de l’UE au sujet de l’interdiction probable du chiffrement, dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. [Lire plus…]

Ndlr : Oui c’est normal, évidemment. Avant internet, il n’était pas possible de communiquer discrètement, le courrier pouvait être ouvert, les communications téléphoniques interceptées. Et lorsqu’un échange crypté était découvert, il était décrypté, parce qu’il valait la peine.

Aujourd’hui toutes les conversations sont cryptées, même les plus anodines, et donc il n’est pour ainsi dire plus possible de combattre le crime efficacement. Il faut des moyens de plus en plus délirants pour des résultats de moins en moins probants.
Et ceux qui s’opposent aux moyens minimaux indispensables aux services sont les premiers à gueuler en cas d’attentat ou à dénoncer la police qui ne fait rien contre la pedophilie en ligne.
 
Que ce soit chiffré pour le public, évidemment, pour garantir la confidentialité des échanges, tout comme nul autre qu’autorisé n’ouvre un courrier. Mais les services doivent pouvoir savoir à qui ils ont affaire. Et lorsqu’ils détectent quelque chose, ils doivent pouvoir installer un suivi.
 
Le chiffrement est une arme au même titre qu’un flingue. Si on possède un peu d’explosif, même bidouillé dans sa cuisine et un logiciel qui permet de communiquer discrètement on fait potentiellement plusieurs dizaines de morts au même titre qu’avec un fusil d’assaut tirant sur une foule. Le chiffrement est à l’attentat ce que les munitions sont aux flingues.
Seulement, il y a aussi les paramètres techniques qui pourraient l’empêcher. Parce qu’aujourd’hui, il n’y a pas que la plate-forme concernée, mais aussi l’utilisateur, qui peut utiliser son propre code de cryptage en surcouche. Et donc même si les renseignements obtiennent un mandat pour surveiller les communications d’une personne et que la loi contraint la messagerie à le permettre, elle ne pourra rien contre le cryptage du message lui-même par l’utilisateur. Nous entrons donc dans un nouveau type de guerre. https://cyberguerre.numerama.com/8811-les-criminels-qui-utilisent-whatsapp-ou-signal-peuvent-ils-vraiment-etre-surveilles.html