Pays basque : une vache et son veau victimes d’une attaque spectaculaire de vautours

Pays basque : une vache et son veau victimes d’une attaque spectaculaire de vautours

Ce mercredi matin à Hasparren, une centaine de vautours ont attaqué une vache qui venait de véler. A Hasparren, une commune se situant à une vingtaine de kilomètres de Bayonne, une attaque de
[ Lire plus… ]

Ndlr : Non, il ne s’agit pas de politiques sanguinaires qui s’attaqueraient aux troupeaux. Dans la nature, ce sont bien les vautours qui s’attaquent aux charognes et non pas les charognes qui jouent les vautours comme en politique.  Depuis des années qu’il est interdit de laisser pourrir les carcasses les vautours des Pyrénées françaises crèvent de faim. Ce qui les pousse à descendre en plaine et agit sur leur naturalité en les faisant évoluer de charognards à carnassiers. Un problème qui ne se pose pas du côté espagnol, le gouvernement espagnol s’étant montré moins timoré que la France sur le sujet et les espagnols les nourrissent abondamment de carcasses soit abandonnées sur place, comme la nature le veut ou larguées depuis des hélicoptères si nécessaire.  Il y a encore 20 ans jamais un vautour ne se serait attaqué à un animal vivant et ils restaient sagement en altitude. Mais leur nombre avait tellement dramatiquement chuté qu’ils ont été protégés drastiquement alors que les normes sanitaires se sont durcies. Leur nombre à cru alors que le nombre de carcasses s’est effondré induisant la famine qui les a contraints à s’adapter en allant tuer en plaine.  Le vautour n’est pas particulièrement dangereux pour l’homme. Bien qu’il fasse 3 mètres d’envergure et pèse 10 kilos, ce n’est qu’un gros poulet. Mais une centaine de vautours, au bec acéré pour déchiqueter la viande…  Aujourd’hui les situations menaçantes sont rares, mais elles se sont produites et un jour ils goûteront à l’Homme si rien n’est fait.  Notre puritanisme sanitaire délirant caractéristique de notre époque empêche le largage de carcasses en altitude. Mais des plates-formes d’accueil dédiées pour ces carcasses sont en cours de test. Elles offrent l’avantage de faciliter le référencement et éventuellement la gestion des spécimens qui s’y nourrissent.  http://www.sudouest.fr/2016/02/03/des-sites-pour-vautours-2262213-3986.php

Fermer le menu