Norvège : la batterie bleue de l’Europe ?

Norvège : la batterie bleue de l’Europe ?

La Norvège dispose de vastes réservoirs hydroélectriques fournissant la quasi-totalité de l’électricité consommée dans le pays. Ces vastes réservoirs peuvent stocker une énergie équivalente à environ 80 000 GWH, soit environ 2/3 de la consommation annuelle. Ils assurent une production annuelle correspondant à environ 2 fois la production hydroélectrique française avec seulement 20% de capacité supplémentaire installée. [Lire plus…]

Ndlr : Une excellente idée ! Le smart grid n’est pas seulement national, il est international, c’est lui qui donne tort aux déclinistes qui prétendent que l’éolien ne donne de l’énergie que quand il y a du vent et le solaire quand il fait jour. En réalité, le smart grid permet un foisonnement de sources et donc la transition énergétique. La Norvège est confrontée à la fin du pétrole et doit se trouver de nouvelles voies industrielles. De proposer de servir de stockage d’énergie est une excellente idée. Aujourd’hui sa capacité hydroélectrique est sous-exploitée. De l’exploiter à fond en s’inscrivant simplement sur le marché de l’énergie est tout-à-fait rentable.

Il faut bien comprendre que la différence fondamentale entre l’énergie aujourd’hui, issue du concept de la General Electric d’Edison consistant à créer des centrales électriques, et les énergies renouvelables, c’est la décentralisation. Au lieu de centrales de production de masse, nous avons des masses de microproductions locales, voire micro-locales. L’image que produit Jancovici du train connecté à ses éoliennes est tout simplement fausses. En réalité le train est connecté au réseau, lequel est alimenté par une foultitude de petites productions. Et lorsque les Pays-Bas disent que le train est alimenté à 100% par de l’éolien, ça signifie en fait que la production éolienne couvre les besoins du train. Mais dans l’avenir notre énergie proviendra de plus en plus de sources de plus en plus diversifiées. Et si avec les centrales nucléaires il fallait des centrales thermiques pour compenser les phases de montée et de descente, pour les énergies renouvelables, il faudra des stockages, qui seront de diverse nature. L’hydroélectricité excédentaire norvégienne est de celles-là.