Les entreprises et la biodiversité

Les entreprises et la biodiversité

BONN – Lors de la réunion annuelle du Forum économique mondial (FEM) à Davos le mois dernier, les preuves des menaces croissantes pesant sur la nature et sur les services essentiels rendus à l’humanité par les écosystèmes naturels ont plus que jamais été en tête de l’ordre du jour. La tâche qui attend les chefs d’entreprise est de tenir compte de ces preuves de la dégradation de l’environnement et d’agir comme les garants, et non comme les pillards, des ressources naturelles vitales. [Lire plus…]

Ndlr : En réalité, si ils ne tiennent plus compte des risques environnementaux dans leurs dix premières préoccupations, c’est parce qu’ils ne le sont plus. Bien au contraire, c’est là qu’ils vont chercher les opportunités. C’est les risques environnementaux qui garantissent le succès des investissements dans les nouvelles technologies écologiquement mieux intégrées.

Les risques pour les entreprises sont aujourd’hui socio-politiques. Sous la pression de divers groupes de plus en plus de réglementations de plus en plus absurdes en réponse au réchauffement et la paupérisation, c’est l’hystérie collective qui préfère tout détruire plutôt qu’évoluer. Il y a aussi considérablement de risques géopolitiques, encore plus qu’au temps de la guerre froide, parce qu’aujourd’hui le camp adverse à les moyens de mener le combat.

Voici le rapport en question, qui confirme mon propos : https://www.pwc.fr/fr/publications/dirigeants-et-administrateurs/global-ceo-survey/22nd-annual-global-ceo-survey.html
On y voit que désormais l’innovation est clairement perçue comme une voie de sortie. Le risque environnemental rend porteurs tous les investissements visant à contrer la pollution.

Laisser un commentaire

Fermer le menu