Le nombre de demandeurs d’emploi a légèrement augmenté au mois de mai

En mai, le nombre de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi en catégorie A (sans aucune activité) a augmenté de 0,3% le mois dernier pour s’établir à 3.444.500, soit 10.300 inscrits supplémentaires par rapport à fin avril. [Lire plus…]

Ndlr : C’est normal en période de vacances. Mais la tendance globale est à la fin de l’emploi et c’est une excellente chose, la Transition Sociétale est en route et rien ne peut l’arrêter. Ce qui est une chance unique dans l’Histoire.

Il y aura bien des baisses du nombre de chômeurs, mais elles resteront anecdotique et quoi qu’il advienne le nombre global d’heures travaillées par des humains en proportion de la création de richesse ne cessera jamais de diminuer, fort heureusement, amenant à l’attrition des ETP (équivalents temps plein) et donc de l’emploi. L’objectif étant d’évoluer plutôt que de précariser pour persister dans ce système désormais de plus en plus appauvrissant.

Aujourd’hui déjà 40% des emplois sont des emplois bidons, des emplois que l’on maintient dans le seul objectif de ne pas sacrifier l’emploi, quittes pour cela à dilapider des sommes colossales,comme acheter des rames de TGV. Ou des emplois crées de toutes pièces en complexifiant la société en emmerdant le monde autant que possible. Des taxes, que l’on peut facilement éviter de payer en prenant un « expert » qui nous mettra en condition de ne pas y être soumis. Ou le « D.U. », Document Unique, obligatoire dès lors qu’on a un salarié. On paiera un « expert » pour éviter d’avoir à le faire nous-mêmes et un inspecteur veillera à ce qu’il soit bien réalisé et afficher et des contrôleurs veilleront à ce que les inspecteurs aient bien fait leur travail.

Aujourd’hui, tout le monde est « coach », « conseiller », « expert », « formateur ». Aucun ne gagne vraiment sa croûte, la plupart ne dégagent même pas un SMIC, mais ils ne grèvent (sans jeu de mot) plus les chiffres du chômage, c’est ça l’important. On aurait pu lever plus d’impôts et redistribuer directement, mais ça aurait été politiquement moins acceptable, l’esclave DOIT travailler. Alors on a organisé le système de manière à le rendre invivable. Mais en réalité, tous ces emplois bidons ne sont rien de plus que des impôtsdissimulés.

Et dans le 60% d’emplois qui reste, la moitié pourrait être automatisé, à l’avantage de tous, parce que la nouvelle industrie de l’automatisation, qui ne peut pas se déployer en raison de la préférence sociale de l’emploi, est à bien plus forte valeur ajoutée. D’automatiser massivement pourrait induire une nouvelle période de trente glorieuses pour le 21ème siècle.