Le Comité de Bâle dénonce «l’habillage de bilan» bancaire

L’organisme a mis en garde les banques face aux pratiques d’optimisation réglementaire sur le ratio de levier, tout en ouvrant la voie à un adoucissement du ratio. [Lire plus…]

Ndlr : On notera donc que contrairement à ce que pensent les esprits chagrins, il ne se passe pas « rien » en matière de régulation financière. On pourra arguer que ce n’est pas assez, que les dérives existent et patati et patata. Mais de s’imaginer que quelque chose va disparaître parce qu’on le décrète, comme les adeptes des sectes politiques comme FI, l’UPR, RN, etc., c’est juste de la bêtise et sous-estimer la détermination humaine à la triche.

Ce qu’il est possible de faire pour limiter les conséquences néfastes des dérives, c’est de cadrer les dérives plutôt que les empêcher. Tout comme il y a deux solutions pour qu’un toit ne laisse pas passer l’eau :

  • Les tuiles qui ne protègent pas de la pluie par l’étanchéité mais en chassant l’eau ;
  • Un système quelconque d’étanchéité qui rendra impénétrable le toit…mais qui aura toujours des fuites à un moment ou un autre.

Pour ma part, je préfère voir le verre à moitié plein et constater que le Comité de Bâle réagit.

Laisser un commentaire

Fermer le menu