Energie : un monde de plus en plus électrique

Malgré une baisse des investissements, l’électricité a mobilisé plus de financements en 2017 que le pétrole et le gaz, selon un rapport de l’Agence internationale de l’énergie (AIE). Si de façon globale les énergies fossiles attirent une part plus importante des financements, pour la production d’électricité les énergies renouvelables font la course en tête. [Lire plus…]

Ndlr : et rappelons qu’un monde tout électrique, c’est un monde bien plus optimisé, nécessitant 40% moins d’énergie qu’aujourd’hui. Parce que les autres énergies, quelles qu’elles soient, produisent une quantité de gaspillage phénoménal. Une chaudière, qu’elle soit à gaz, à bois, au fioul, songez à la chaleur qui s’en va par la cheminée et c’est indispensable pour le tirage, sans cela les gaz resteraient en-bas. Un moteur thermique, son rendement maximum est de 40% pour un diesel et 25% pour un essence, le reste s’en va en chaleur.

Et il y a les énergies cachées, pour extraire du pétrole, pomper le pétrole dans un pipe-line, distiller le pétrole dans une raffinerie, pomper le pétrole dans un camion, qui demande beaucoup d’énergie, puis le pomper dans votre réservoir, il faut… de l’électricité ! Et ça c’est sans compter sur l’entretien, gourmand en énergie pour le déplacement du technicien ou l’équipement du garagiste, indispensable en présence de suies. Un moteur thermique est couvert de cambouis, on lui fait la vidange, il faut remplacer les fluides, les plaquettes s’usent plus vite.

Un litre de carburant à base de pétrole contient 10kW, mais pour l’obtenir il en a fallu 4,5kW. Il ne reste donc plus que 5,5kW efficaces dans le carburant. Vous avez les deux tiers de perte, ça signifie que sur 10kW pas même deux vous propulsent ou vous chauffent. Alors qu’avec l’électricité, la consommation se fait sans conversion et quasiment sans pertes.

Laisser un commentaire

Fermer le menu