En 2049, le travailleur sera-t-il bon pour la casse ?

En 2049, le travailleur sera-t-il bon pour la casse ?

Comment travaillerons-nous, et même, travaillerons-nous encore ? A Paris, fin octobre, les 10es Rencontres 2049 de « l’Obs » ont évoqué différents scénarios pour les décennies à venir, dans lesquels l’optimisme n’est pas toujours absent.
[ Lire plus… ]

Ndlr : Il faut espérer, oui. En fait, c’est le scénario C qui prendra le dessus, parce qu’il est le seul positif pour tout le monde et porteur de croissance : il n’y aura plus de travail et ça permettra à chacun de se rendre utile au lieu de gâcher bêtement sa vie au travail. De mettre fin à l’emploi va nous offrir une nouvelle période de trente glorieuses, écologique, pour le 21ème siècle.

La fin du travail est le premier paramètre de la transition écologique, qui ne se produira pas sans #TransitionSociétale. L’économie est entièrement pensée au travers du prisme du travail et pour avoir autant d’emplois il faut polluer. Ce n’est pas « croissance ou CO2 », mais « emploi ou CO2 », la croissance, elle, est la réponse au réchauffement climatique, à condition de pouvoir installer la croissance du 21ème siècle.

Ce n’est pas la croissance qui pollue, mais l’emploi. De même que c’est l’emploi qui est la cause de la morosité économique. Le modèle socio-économique du 20ème siècle est échu depuis 40 ans et il faut désormais évoluer et s’acharner à automatiser autant que faire se peut. La fin de l’emploi c’est la fin de la misère et de la pollution.

Chaque emploi perdu est un pas vers l’avenir et de la ressource libérée pour l’économie du 21ème siècle, plus porteuse de sens, plus démocratique, plus écologique, plus équitable.

https://blog.thierrycurty.fr/mon-dieu-la-fin-du-travail-comment-allons-nous-vivre/