Démanteler Google, Amazon et Facebook : C’est le plan d’une candidate à la Maison Blanche

Une candidate à l’élection présidentielle américaine de 2020 a un plan pour démanteler les géants du numérique. [Lire plus…]

Ndlr : Quelque chose que vous savez que j’appelle de mes vœux depuis des années. Qu’un réseau social maîtrise ses quelques milliers ou millions de membres et fasse la pluie et le beau temps, c’est normal. C’est même le concept : des gens se réunissent sur un réseau social par affinités parce qu’ils y trouvent un environnement propice.

Mais lorsqu’un réseau social, un moteur de recherche, un système d’exploitation, un distributeur, touchent des milliards de personnes, ils s’érigent en police de la pensée et prennent tout simplement le contrôle de la démocratie, ils fixent les règles morales et sociales qui leur conviennent. Le plus grand danger en ce moment pour la démocratie, c’est Facebook et Youtube. Non seulement parce qu’ils sont propices à la diffusion des populismes, mais aussi parce qu’ils déterminent ce qui est tolérable de ce qui ne l’est pas et musellent qui ils veulent et ne s’en privent pas.

Enfin, d’un point de vue financier, les barrières anti-trust ont été franchies depuis longtemps. Ces entreprises ont atteint une telle masse qu’il n’est tout simplement plus possible à qui que ce soit d’autre d’émerger. Nombre d’idées nouvelles ont émergé et soit on été copiées –et améliorées– par Google ou Facebook, soit purement et simplement rachetées, pour être intégrées… ou détruites.

Nous en sommes au début de l’ère internet, la société doit apprendre à appréhender internet. Durant des années nous avons été quelques-uns à avertir du grand danger des fake. Sous prétexte que « la population est adulte et sait faire preuve de discernement », il n’était pas question de les réguler. Le monde s’est retrouvé brutalement avec une gueule de bois et commence à lutter âprement. Depuis des années nous sommes quelques-uns à avertir sur la taille de ces entreprises et leur gouvernance héliocentrique et là le monde prend conscience également. Depuis des années nous sommes quelques-uns à dénoncer le poids délirant de ces entreprises qui ont atteint une masse si critique qu’elles dirigent concrètement le monde. Imaginez une alliance Microsoft-Apple-Google-Amazon-Facebook-Twitter, pas même une fusion, juste une alliance fixant des règles pour le contrôle de la pensée. En dix ans chaque gouvernement du monde est inféodé à ces entreprises qui dirigent le monde. Elles n’auraient alors plus qu’à s’organiser en créant une entité centrale avec un président mondial.

Ca paraît fou ? Pourtant nous y sommes, elles sont en capacité de le faire et nous sommes de plus en plus nombreux à le dire. Ca paraissait fou que les gens puissent être assez cons pour croire aux fake news, ça paraissait invraisemblable qu’un demeuré comme Trump puisse être président. Des tas de choses paraissaient folles il n’y a même pas 5 ans.

Ces entités internationales, à minima, doivent être démantelées en unités plus petites qui séparent leurs activités de manière distinctes. Et les pouvoirs de modération doivent être nationaux. Ce n’est pas à Facebook de fixer « les règles de la communauté », qui doivent être différentes dans chaque pays.

Laisser un commentaire

Fermer le menu