Coronavirus : des maisons de quarantaine imprimées en 3D

Coronavirus : des maisons de quarantaine imprimées en 3D

En Chine, fortement touchée par le Covid-19, des maisonnettes imprimées en moins de deux heures permettent d’héberger les personnes en quarantaine, de désengorger les hôpitaux, et de limiter l’expansion de l’épidémie. [Lire plus…]

Ndlr : C’est intéressant à plus d’un titre, parce que ceci implique la construction ultrarapide de maisons sans créer d’emplois, en matériaux recyclés, donc une nouvelle activité industrielle. La Chine a quand même bâti un gigantesque complexe à Wuhan, elle produit ces maisons à la chaîne, elle draine ses patients pour les traiter et les mettre en quarantaine… et malgré tout il y a une baisse de 25% des émissions de CO2. Bien sûr, une telle baisse n’est pas grand-chose et ces émissions seront rattrapées après coup et génèrent des pénuries qui commencent à se faire sentir. Mais au-delà de ça, il y a surtout le constat à apporter qu’on peut bel et bien avoir une activité industrielle non émettrice et circulaire. Il n’y a qu’un ralentissement de l’économie traditionnelle, qui induit de suite une baisse de 25%, une accélération d’une nouvelle activité économique, mais qui n’a pas d’incidence. Une activité industrielle positive pour l’environnement. Imaginons, c’est utopique, ce n’est évidemment pas possible d’un coup de baguette magique, mais imaginons qu’après le coronavirus ce soit la nouvelle industrie de production, circulaire, propre, qui démarre et que l’ancienne, émettrice de pollution, ne redémarre pas ? Nous aurions réalisé la transition écologique.