Conspiracy Watch : 10 ans de combat contre les théories du complot

C’est un état des lieux du complotisme en 2018. Le rapport annuel de l’observatoire du conspirationnisme, « conspiracy watch », publié pour la première fois ce jeudi, dénonce des idées conspirationnistes en progression dans la société et recommande de renforcer l’éducation pour les combattre. [Lire plus…]

Ndlr : Comment renforcer l’éducation de gens dont l’objectif même dans la vie c’est d’éviter le savoir pour se contenter de boire les bobards ?
Savoir nécessite un effort, alors que des bobardiers ont déjà tout pré-mâché, pourquoi s’emmerder à penser ?

Tout est accessible pour s’informer, à portée, en quelques clics.

Mais si on veut s’informer sur les vaccins, on ne va pas sur le site de l’OMS, un site du gouvernement ou d’un labo : ce sont des vendus ! Non, on cherche la « vérité », alors on va sur une page Facebook où il y a des gens qui nous disent ce qu’on veut entendre.

Si on veut s’informer sur l’Europe, on ne va pas sur Toute l’Europe ou sur Europa, ou sur le site de la Commission européenne en France, où tout n’est que propagande, non, on va à l’UPR, où Asselineau a déjà tout étudié et décortiqué pour savoir la vraie « vérité ».

Comment voulez-vous éduquer  ? Ce que vous avez à dire c’est de la propagande, vous ne faites que répéter les mensonges pour lesquels BFM vous a bien programmé, à moins que vous ne soyez un troll de l’Europe/les labos/Monsanto/Etc… partant, tout ce que vous pourrez dire sera vain.

Prétendre qu’il faut éduquer pour lutter contre ces conspirationnismes, c’est du populisme simpliste du même niveau que les conspirationnistes eux-mêmes.  Le problème aujourd’hui c’est que jamais les populistes et les conspirationnistes n’ont bénéficié d’un tel haut-parleur.

« Les réseaux sociaux ont donné le droit de parole à des légions d’imbéciles qui, avant, ne parlaient qu’au bar, après un verre de vin et ne causaient aucun tort à la collectivité. On les faisait taire tout de suite alors qu’aujourd’hui ils ont le même droit de parole qu’un prix Nobel. C’est l’invasion des imbéciles. » Umberto Eco

La vraie solution est un paradoxe, parce que le socle des complotismes est l’incapacité de la population à comprendre les très complexes mécanismes socio-économiques, alors qu’elle saisit très bien les dichotomies de classes au sein de la société, que ce soit au niveau du pouvoir, de la richesse, de la justice, ou même de la santé. Fatalement, la complexité –non expliquée mais non explicable– de cette situation induit dans les esprits un doute qu’il doit bien y avoir une raison cachée et donc toute proposition suffisamment simpliste pour justifier cette problématique est acceptée comme telle.

L’inégalité, l’injustice (fiscale, sociale, sociétale), sont donc les socles qui font le lit de ces croyances. Or, pour les résoudre, la solution pour que la population n’y adhère pas serait que la population comprenne ce qu’elle est incapable de comprendre. C’est là que réside le paradoxe.

Il manque donc un lien, qui a été rompu depuis longtemps entre le pouvoir, devenu oligarchique, et la population, c’est la confiance. Il faut être clair, il n’est plus possible d’avoir confiance dans les instances du pouvoir alors qu’on apprend tous les jours qu’un corrompu notoire accède à telle ou telle fonction, qu’un individu qui était farouchement de droite est nommé à un poste où il faut être naturellement de propension gauchisante ou vice-versa. Ce qui floute l’aura des politiciens qui passent pour de vulgaires professionnels qui font ce qu’on leur dit indépendamment de leurs idées. Et ça pousse les populistes au-devant de la scène, parce que même s’il est connu qu’ils disent des conneries, ils ont au moins l’avantage d’être bel et bien ce qu’ils disent être, ce qui est au moins un socle fiable.

Ceci nous amène à l’Anacyclose, explicitée par Polybe, qui décrit un système politique monarchique, virant à la tyrannie, que le peuple remplace pour installer la démocratie. Qui vire à l’oligarchie, comme nous y sommes aujourd’hui, le peuple cherchant alors à reprendre le pouvoir, installant de facto l’ochlocratie, le pouvoir par la foule, la masse, exposée aux populismes et aux simplismes, ce sont les gilets jaunes, qui ne sont qu’une prémisse au changement inéluctable au 21ème siècle. Une fois ce pouvoir transmis à la foule, cette dernière, incapable de gouverner (le fameux RIC) ayant laminé l’économie attend l’homme providentiel qu’elle mettra sur le trône dans une monarchie restaurée pour réparer les dégâts et un nouveau cycle pourra commencer, la monarchie finissant par virer à la tyrannie, qui sera renversée pour instaurer la démocratie….

La confiance…

Laisser un commentaire

Fermer le menu