Calendrier, alternative, coûts : les questions que pose l’abandon de Notre-Dame-des-Landes

Calendrier, alternative, coûts : les questions que pose l’abandon de Notre-Dame-des-Landes

Le choix fait par le gouvernement de préférer un agrandissement de l’aéroport de Nantes-Atlantique laisse beaucoup de questions en suspens.
[ Lire plus… ]

Ndlr : Rappelons une énième fois que contrairement à ce qu’on peut lire partout que « Notre-Dame-des-Landes aurait coûté si, et Nantes-Atlantique ça », en réalité, l’Etat n’était impliqué que pour certains éléments de l’aéroport, les infrastructures de desserte et la subvention pour la tour de contrôle. Aussi bien N-A que NDDL sont des PPP, donc les travaux sont à la charge de Vinci, pas de l’Etat.  La question du coût ne se pose donc pas en ces termes. Mais plutôt en termes de retombées du développement socio-économique. Les infrastructures de desserte, de toute façon, l’Etat doit les réaliser, que ce soit pour l’un ou pour l’autre.  Ceci précisé, il est clair que Vinci n’est pas en mesure d’exiger quoi que ce soit, les enjeux sont bien trop importants. Ils ont droit à une indemnité, bien sûr, ils ont engagé des dizaines de millions dans l’histoire. Mais des dizaines de millions, ce n’est pas des centaines de millions.   Et le premier ministre a bien joué son coup en arguant de la trève hivernale, qui n’est qu’un prétexte pour laisser le temps aux zadistes de faire une proposition concrète et ensuite permettre à l’Etat de voir venir. C’est que ce n’est pas l’Etat qui est propriétaire des terres, mais les collectivités territoriales, les municipalités. L’Etat pourrait être amené à les leur racheter pour pouvoir créer sur la zone un système légal. L’idée de Stéphane Travert d’exploiter l’opportunité pour y instaurer une agriculture bio pour les cantines scolaires du territoire est non seulement excellente, mais conforme aux projets des zadistes.  M’est avis qu’il n’y aura donc pas d’expulsion, mais juste création d’une entité juridique pour la gouvernance du lieu, comme l’a proposé José Bové qui est expérimenté sur le sujet.