Bruxelles donne deux mois à Londres pour rembourser 2,7 milliards d’euros de droits de douane non perçus

Cet ultimatum constitue la deuxième étape de la procédure d’infraction à l’encontre du Royaume-Uni, accusé d’avoir laissé entrer en Europe des produits chinois sous-taxés. [Lire plus…]

Ndlr : Rien à voir avec le Brexit, donc. En l’occurrence, il ne s’agit là que de régulation de la concurrence en conformité avec les traités. En revanche, si le Royaume-Uni faisait résistance à l’injonction la négociation du Brexit irait résolument de plus en plus vers une sortie brutale et des conséquences potentiellement désagréables. Ce n’est pas du chantage, mais on ne négocie pas avec ceux dont on sait qu’ils ne respectent pas leurs engagements.

Laisser un commentaire

Fermer le menu