Accord de Brexit : Londres rejette l’ultimatum de Bruxelles

Accord de Brexit : Londres rejette l’ultimatum de Bruxelles

La situation s’est brusquement envenimée ces derniers jours entre Londres et Bruxelles, avec le retour des ultimatums et accusations mutuelles qui avaient déjà précédé leur divorce en janvier dernier. [Lire plus…]

Ndlr : En toute fin d’article on lit les prémisses de ce que j’explique depuis le début, à savoir que lorsque les anti-UE prétendent qu’ils ne veulent pas compromettre les accords internationaux, juste un seul, ils ont tort. Asselineau disait : « La France a plus de 6000 accords internationaux, nous voulons juste revenir sur un seul ». Et ce propos a été tenu par les anti-UE britanniques. Or ce n’est pas vrai, parce que beaucoup de ces accords reposent sur l’accès au marché de l’UE ou d’autres avantages, comme une protection militaire. Et chacun des partenaires internationaux a évidemment consenti à des concessions, accepté des compromis, en échange de l’avantage obtenu à traiter. Si le partenaire perd cet avantage, en réalité tous ceux qui ont consenti à ces concessions vont revenir sur les traités les uns après les autres.

Et là c’est dit clairement : « La présidente démocrate de la Chambre des représentants Nancy Pelosi a averti qu’il n’y aurait « aucune chance » d’accord si Londres violait le traité international sur le Brexit. » Les USA sont intéressés par un accord avec les britanniques en raison de sa proximité avec l’UE. S’il la perd, il n’a plus le même attrait.