420 milliards économisés en 15 ans : merci la sécurité routière !

Alors que la réduction de 90 à 80 km/h se met en place ce dimanche, nous vous dévoilons en exclusivité l’impact financier des mesures mises en place pour réduire le nombre de morts sur les routes depuis 2002. [Lire plus…]

Ndlr :

Les arguments absurdes de la propagande gouvernementale. Un mort coûte bien moins cher qu’un tétraplégique. Ce n’est pas pour rien que les assurances montent en flèche depuis 15 ans, précisément parce que les accidents coûtent de plus en plus cher.

Le Parisien du 24 octobre 2017

Extrait :

« A cela s’ajoutent les accidents corporels. Ils sont à la fois plus nombreux et coûtent également, pris individuellement, de plus en plus cher. Les tribunaux ont en effet tendance à mieux indemniser les victimes d’accidents. »

Autre source

Extrait :

« Les accidents graves coutent très cher aux assureurs, qui doivent indemniser les blessés et c’est ce type d’accidents qui baisse. Par ailleurs, les progrès de la médecine font qu’on soigne mieux les gens, on sauve plus de personnes mais ces techniques ont un coût. »

…Rien à voir donc…

Maintenant, plus concrètement, aucune sécurité ne justifiera jamais le sacrifice d’aucune liberté.

Si d’opprimer la population sous prétexte de sécurité rapporte tant que ça, combien ça rapporterait d’interdire les balcons non fermés et les fenêtres sans barreaux ? C’est que des MILLIERS de gens tombent du balcon ou des fenêtres chaque année, c’est dangereux les fenêtres et les balcons.

…Et je ne vous parle pas des escaliers, infiniment plus dangereux que les ascenseurs. Il doit bien y avoir mille morts dans les escaliers pour un un mort dans un ascenseur.

Donc bon, à un moment donné faut arrêter les conneries. Bien sûr que tout le monde doit contribuer à soigner ceux qui auront des accidents. Mais outre le fait que le fonctionnement du système de santé contribue au PIB et donc à la croissance, ça donne du travail, ça fait marcher des labos, ça stimule la recherche, il faut du personnel pour les interventions, l’objet même de la grégarité humaine c’est de s’organiser pour que chacun bénéficie de la sécurité du groupe. Si ce groupe ne soigne plus, il n’y a plus de société. Et si la société compromet la vie, alors il faut la détruire et en construire une autre.

Laisser un commentaire

Fermer le menu