VIDEO : Reuters : BP Live : L’état du marché du carbone (anglais)

VIDEO : Reuters : BP Live : L’état du marché du carbone (anglais)

Interview menée par Reuters [Lire plus…]

Ndlr : L’état du marché du carbone, dont le tarif est aujourd’hui très –trop– bas pour avoir un effet sur la transition, mais qui ne manquera pas d’exploser au fil du réchauffement climatique mettant le marché sous tension.

Il faut bien comprendre la chose, avoir une entreprise active dans les énergies renouvelables ou le captage de CO2. Ca signifie que nous réduisons la concentration en carbone dans l’atmosphère, donc on peut émettre des certificats carbone sur le carbone que l’on épargne à l’environnement par notre industrie et ce sont les entreprises les plus polluantes qui les achètent. Parce que ces certifications carbone sont des « droits d’émettre ».

Ca signifie que l’un fait du chiffre d’affaires même sans rien vendre, juste du fait d’économiser le carbone. Et les entreprises polluantes contraintes d’acheter des droits pour polluer deviennent de moins en moins compétitives et donc rentables puisqu’elles doivent payer de plus en plus cher leurs certificats pour polluer.

Et donc les entreprises qui décarbonent l’environnement deviennent rentables et prennent la place des entreprises polluantes et la transition se fait. CQFD

Dans le cas de BP, qui est un géant, d’un côté l’entreprise investit dans le mix énergétique, donc elle émet des certificats carbone, de l’autre elle vend du pétrole, donc elle pollue et doit acheter des certificats carbone. Ce qui renchérit le coût d’exploitation du pétrole et donc diminue sa rentabilité.

De fait, le pétrole va disparaître vers 2040 non pas parce qu’il va manquer, mais parce qu’il ne sera tout simplement plus rentable. Les conséquences seront multiples : tout d’abord il faudra le remplacer par d’autres carburants, décarbonés. Mais, aussi, il sera de l’intérêt de tous d’être le moins exposés possible aux carburants, puisque ces carburants décarbonés pourraient bien être plus chers. Si vous avez une voiture, vous ferez le plein comme aujourd’hui, mais avec du carburant qui vous coûtera peut-être 2€50/l, mais pour les avions, un tel tarif sera intenable. Donc d’ici-là les avions auront été convertis à l’hybride, voire à l’électrique.

Et entre les deux l’industrie du captage de CO2 se sera massivement déployée induisant le développement d’une industrie de l’exploitation de ce carbone comme matière première, pour produire du plastique, de la fibre de carbone, du graphène, de la protéine alimentaire, de l’engrais, etc. Parce qu’il est évidemment bien plus intéressant financièrement d’en faire une matière première que de l’enterrer dans le sol qui n’est qu’un coût.

Laisser un commentaire

Fermer le menu