VIDEO : Le Smartphone, une arme à double tranchant

Le Smartphone, ce troisième cerveau qui nous veut du mal ? 🤳
(avec le CNRS) [Lire plus…]

Ndlr  :

Parfait, rien à redire… mais je regrette juste le manque de prospective à long terme. Parce que si ce qu’il dit aujourd’hui est évidemment authentique, il suffit de voir le nombre de migrants africains qui augmente continuellement au gré de l’accès à internet, ils sont informés de la réalité et veulent leur part, ce n’est qu’une phase, d’acquisition, d’appropriation d’internet, par la société.

Dans l’avenir, 5 ans, 10 ans, 15 au plus, le smartphone sera oublié, l’interconnexion de tous sera permanente et le cerveau biologique ne servira qu’à s’ajouter à la masse globale d’intelligence universelle. Il n’y aura plus d’imbéclies dès lors qu’on sait maîtriser sa connexion et plus d’invalides non plus. Il suffira de très peu d’intelligence et de peu de compétences pour avoir à sa disposition l’intelligence mondiale.

Aujourd’hui, c’est vrai, internet c’est les réseaux sociaux, les jeux idiots, les fake news… mais c’est parce que la société ne l’appréhende pas et ne l’exploite pas encore dans toute son ampleur. Mais la société est appelée à se globaliser, s’universaliser, via des monnaies supranationales, des politiques « afrontalières ». Au fur et à mesure de l’implication grandissante de la population du monde entier dans l’intelligence collective les réseaux sociaux prendront un rôle de plus en plus communicant, les jeux reculeront face à l’occupation des esprits par des intérêts supérieurs.

Et tout ceci est en route, je vois bien la différence entre aujourd’hui, en particulier en 2018 avec la prise de conscience de la toxicité des fake news et 2011 où je suis arrivé sur Facebook. Bien sûr, le réseau social concentre encore largement la bêtise, mais en 2011 je n’arrivais tout bonnement pas à lire 3 messages sur 5, carrément illisibles. Les antivaxx/platistes/complotistes/etc. d’aujourd’hui sont des lumières par rapport à l’utilisateur moyen en 2011. Tout simplement parce que des exigences de qualité d’écrit ont été posées par la population elle-même.

En 2011 ça faisait à peine dix ans que la population avait internet et encore, pas tout le monde. C’était « bienvenue dans le grand bain ». Aujourd’hui nous en sommes à « faites un effort svp ». Demain ce sera : « soyez sérieux, nous avons des problèmes graves à résoudre ensemble ».

L’interconnexion n’amenuise pas le QI, elle le modifie : http://lemondeenchantier.com/blog/le-qi-ne-baisse-pas-il-evolue-avec-la-revolution-numerique/

Laisser un commentaire

Fermer le menu