Victime d’hameçonnage, un client n’est pas dédommagé par sa banque

La Cour de cassation estime que le client d’une banque a fait preuve d’une négligence grave pour avoir communiqué ses coordonnées bancaires en réponse à un courriel trompeur. Il ne sera pas remboursé des dépenses frauduleuses. C’est la deuxième décision de justice défavorable aux victimes de phishing, rendue en 6 mois. [Lire plus…]

Ndlr : A mon sens, c’est normal ! La chose est simple : on ne donne pas ses coordonnées bancaires par email, point ! Celui qui le fait quand même l’assume. La garantie bancaire n’est pas là pour se substituer à la responsabilité du client. Ce n’est pas un blanc-seing pour faire n’importe quoi sous prétexte qu’on est couvert.

Laisser un commentaire

Fermer le menu