Thaïlande : dégradée par les touristes, la baie du film « la Plage » contrainte de fermer

Thaïlande : dégradée par les touristes, la baie du film « la Plage » contrainte de fermer

Située près de Phuket, Maya Bay, plage paradisiaque aux eaux jadis cristallines, accueillait quelque 5.000 visiteurs par jour. [Lire plus…]

Ndlr : Le tourisme de masse est une engeance ! Et dans les 30 prochaines années, la planète comptera encore 4 milliards de touristes en plus. Si on ne trouve pas le moyen de réguler ça par un système mondial avec des quotas à chaque destination, nous risquons de perdre tout simplement le droit d’aller en vacances, qui pourrait devenir un privilège de riches. Voyager, découvrir le monde, même en paquets de touristes en voyage organisé par des tours operators est un droit qu’il faut absolument préserver. Il est donc crucial de résoudre la pollution du transport de masse que les vacances représentent tout en multipliant les destinations, chacune avec son quota maximal de touristes basé sur l’incidence écologique.

Le tourisme pourrait être une source de croissance écologique dans l’avenir dans un monde automatisé reposant l’intelligence collective. Imaginez des avions en fibre de carbone produit à partir du CO2. Plus il y a d’avions et moins il y a de CO2 dans l’atmosphère. Et le carburant est produit à base d’eau de mer, de soleil et de CO2, parfaitement neutre, ou alors comme les qataris, grâce à des plantes du désert, aucune pollution. Les avions recrachent le CO2 que le soleil ou les plantes ont converti en carburant. Des  avions construits en pollution qui dépolluent sans ajouter de polluant atmosphérique tout en renforçant l’industrie de l’avionique, de l’énergie, du tourisme et qui volent à l’énergie solaire. De l’économie circulaire exploitée à son paroxysme.

Une solution à proposer à l’ONU…

Laisser un commentaire

Fermer le menu