Renseignement : le gouvernement offre aux services une surveillance étendue

Les données captées à l’international pourront être exploitées par les services de renseignement intérieur. Un discret amendement accepté par les parlementaires accorde un champ accru à la surveillance. [Lire plus…]

Ndlr : j’ai envie de dire « ENFIN ! ». Les services le font déjà, évidemment, sinon il n’y a pas de renseignement et donc ils ne servent à rien. Mais comme ce n’est pas encadré, ils ne peuvent pas exploiter les données brutes telles quelles. Imaginez que vous êtes policier et que vous voyez quelqu’un commettre un délit, mais la loi ne dit pas que le fait que vous l’ayez vu suffit, vous devrez le prouver, chercher un autre moyen d’avoir le délinquant ? Eh bien là c’est pareil, les RG savent qu’il se passe quelque chose, mais comme ils ne peuvent pas exploiter les données, pour obtenir l’autorisation d’intervenir, il va falloir qu’ils trouvent autre chose, alors qu’ils sont au courant. C’est évidemment absurde.