Quelques enseignements attendus du rapport du GIEC sur le climat

Quelques enseignements attendus du rapport du GIEC sur le climat

Réunis en Corée du Sud, les délégués des États de l’ONU se penchent à partir de lundi sur le dernier rapport des scientifiques du Giec, constat implacable de la montée des dérèglements climatiques et du retard pris pour les contrer. [Lire plus…]

Ndlr : Lisez bien cet article, qui nous offre un double enseignement. Aussi bien l’évolution des rapports du GIEC dans leur reconnaissance des faits que des solutions à apporter.

Au début, hors de question de parler du Soleil dans le réchauffement. La première fois qu’ils ont introduit la notion, de manière timorée, c’était en 2012, avant, c’était hors de question et ceux qui parlaient de l’influence du Soleil étaient des « climatosceptiques ». Maintenant il est question de « ne retient pas l’option, très « incertaine », des techniques de manipulation du rayonnement solaire ». Je suis d’accord avec ça, l’idée de balancer des aérosols ou même de collecter des graviers dans l’espace pour faire un bouclier me semble plus délirante et absurde qu’autre chose. Il n’empêche, avant le Soleil n’était responsable de rien, maintenant si on pouvait le masquer ça aiderait !!

Et aussi le CO2, il y a encore deux ou trois ans, hors de question pour le GIEC de le résorber, la seule solution était de le limiter. Il était responsable de tout et rien n’était possible pour l’extraire de l’atmosphère. Désormais il est question de « Cela demandera une transition « rapide et vaste », ces 10 ou 20 ans à venir, en matière de systèmes énergétiques, urbains, industriels » et de « en l’état actuel des connaissances, le captage et le stockage de CO2 à très grande échelle ne sont pas maîtrisés par les industriels » !!

Rendez-vous compte, nous parlons de l’organisme le plus sérieux du monde sur le sujet, imaginez le temps perdu, la bataille qu’il a fallu mener pour en arriver là alors qu’ils ne reconnaissent encore que du bout des lèvres la réalité. Je me suis fait traiter de tous les noms toutes ces années sous le sceau du GIEC. Je me suis déclaré « GIECosceptique ». Vous pariez que dans le prochain rapport tout ce que je vous dis et répète depuis tant d’années y figurera ?

Le GIEC, premier lobby du nucléaire mondial,  parce que ce n’est que ça, un gigantesque lobby doté de moyens considérables utilisés pour réprimer les scientifiques qui auraient des choses à dire non conformes aux intérêts du nucléaire, porte une très lourde responsabilité dans l’état actuel du réchauffement climatique !

Laisser un commentaire

Fermer le menu