VIDEO : Portugal : entre tourisme de masse et spéculation immobilière, les Lisboètes peinent à se loger

VIDEO : Portugal : entre tourisme de masse et spéculation immobilière, les Lisboètes peinent à se loger

Longtemps plombée par la crise économique, Lisbonne fait peau neuve. Les chantiers se multiplient et les acheteurs – notamment étrangers – se pressent pour profiter du charme de la capitale portugaise : Madonna, Scarlett Johansson ou encore Eric Cantona vivent désormais à l’heure lisboète. Les prix grimpent et les Lisboètes peinent à se loger. [Lire plus…]

Ndlr : On ne le dira jamais assez, le tourisme de masse est une engeance, surtout boosté par cette gabegie d’Airbnb, l’expression d’un hypercapitalisme néolibéral sauvage débridé qu’il faut absolument réguler et même réprimer, sous peine de destruction pure et simple des économies locales, que les villes ne se vident de leurs habitants, devenant de véritables cités dortoirs appartenant à une nouvelle caste de privilégiés propriétaires.

Venise, Barcelone, Madrid, Paris, Londres, New York, Majorque ou Lisbonne, partout le constat est le même, avec les mêmes conséquences, les mêmes dégâts socio-économiques et environnementaux, ce n’est juste pas tenable. Et non, le tourisme n’est pas une manne financière, parce qu’il contraint les villes à s’endetter pour adapter les infrastructures et plus la ville se vide et donc les rentrées fiscales reculent et plus il faut s’endetter et plus les commerces deviennent saisonniers, rendant la ville inhabitable hors saison.

Le tourisme c’est très bien, mais avec des volumes contenus et des touristes de qualité. Ca peut aussi bien être un vacancier pauvre qui dort sous tente qu’un riche touriste qui dépense beaucoup, l’important est qu’ils ne déboulent pas comme une nuée de criquets avides de tout ravager.