Les capteurs, l’autre révolution quantique

Les capteurs, l’autre révolution quantique

Médecine, génie civil, télécommunications, gestion des ressources naturelles… Les capteurs quantiques, qui offrent à la fois une sensibilité et une précision uniques, s’apprêtent à révolutionner la détection dans de nombreux domaines. [Lire plus…]

Ndlr : Nous pourrions résumer cette info à « résoudre le mur du non-mesurable », mettre fin à l’argument « non-mesurable », lorsqu’un phénomène est trop faible pour être observable. Tout élément a une incidence sur l’environnement, la moindre molécule va induire une fluctuation des ondes dans l’environnement, mais infime, invisible. D’être capable de mesurer cette fluctuation infinitésimale revient donc à détecter la présence de la molécule.

Comment pensez-vous que dans Star Trek ils sont capables de détecter s’il y a de la vie sur une planète ? Bien sûr, c’est de la science-fiction. Mais cet article nous dit que ce sera bientôt plus de la science que de la fiction. L’humain apprend à mesurer l’environnement et donc potentiellement à détecter absolument n’importe quoi.

Mais aussi ça favorise l’optimisation énergétique. Quand Guglielmo Marconi a réussi la première transmission transatlantique sans fil, la puissance de son émetteur était de… 25 kW, en 1901. Aujourd’hui, les sondes spatiales ont des émetteurs d’une puissance de quelques watts. Tout simplement parce que l’émetteur de Marconi n’avait pas de quartz, donc pas de fréquence établie, juste un oscillateur qui produisait une fréquence « d’environ X Hertz ». Et donc il fallait une puissance colossale pour pouvoir émettre sur une bande suffisamment large pour que le récepteur ait une chance de  la capter en se réglant sur une fréquence « d’environ X Hertz ». Puis la précision de la fréquence a augmenté continuellement. Chaque harmonique est une perte d’énergie, être plus précis, plus focalisé, permettre d’émettre plus loin avec moins d’énergie. Et là, dans l’article on voit que Thalès cherche à utiliser ces capteurs pour définir une fréquence, dont la longueur d’onde sera alors précise au niveau atomique.

Il en va de même pour toute consommation d’énergie, où plus l’énergie va uniquement là où elle doit aller et moins on en consomme tout en en bénéficiant plus. Le principe de l’isolation de l’habitat c’est d’éviter les déperditions. Imaginez qu’un jour nous puissions avoir une source de chaleur qui ne chauffe que vous, comme une combinaison. Vous êtes chez vous, il fait bon, vous êtes bien, pourtant il fait 10° dans la pièce. Au lieu de chauffer tout le volume pour que l’on se sente bien, on ne chauffe que vous, à la température qui vous convient. Votre télé ou votre table de cuisine n’en n’ont rien à faire qu’il fasse 10°, c’est juste vous qui en avez besoin. Et chaque personne qui entre dans le logement a chaud, mais uniquement chaque personne, l’environnement reste froid. Le gain énergétique serait colossal. C’est de l’optimisation de la consommation d’énergie.

Nous entrons dans l’ère quantique…