LENDOPOLIS, UNILEND… LES TAUX DE DÉFAUT DU CROWDFUNDING EXPLOSENT SELON L’UFC QUE CHOISIR

L’association de consommateurs dénonce les abus des plateformes de financement participatif aux entreprises, alors que le Parlement européen se penche sur la question ce lundi 5 novembre. [Lire plus…]

Ndlr : Rien d’étonnant pour moi qui prédit cette situation depuis longtemps dans divers articles. Le crowdfunding 1.0 étouffe dans son carcan. Il lui manque le levier du crédit pour occuper la place qui lui revient de droit et diluer le risque en multipliant ses capacités de financement. Et, surtout, ce n’est pas le financement qui doit être démocratique, mais le choix des projets. Aujourd’hui, ce sont les plates-formes qui décident de ce qu’elles soumettent au public, ce qui n’a rien de démocratique et ne peut tout simplement pas marcher. Alors qu’elles ne devraient disposer que du droit de veto, refuser le financement si un projet emballe le public alors qu’il n’est pas plausible. Mais en aucun décider de ce qui est plausible à la place du public. « Financement participatif », ça signifie décider ensemble de l’avenir, pas simplement choisir où je mets mon argent. Voilà pourquoi l’AMI, inscrit dans le programme de Renouveau Sociétal, est l’avenir : https://renouveausocietal.fr/leconomie-de-lavenir/

Laisser un commentaire

Fermer le menu