La France perd patience avec le Royaume-Uni : « Sortez, et vite ! « 

La France perd patience avec le Royaume-Uni : « Sortez, et vite ! « 

Hier soir, dans sa première conférence de presse à l’Élysée, le président de la République a souligné les désaccord avec l’Allemagne notamment sur le Brexit. Selon une source française, cité par Reuters, « les Britanniques doivent quitter l’Union, sinon c’est l’avenir de notre continent qui est menacé. Et le plus tôt sera le mieux ». [Lire plus…]

Ndlr : « La France, estime ce responsable de haut rang, a fait « l’erreur » en 2005 de faire approuver par le Parlement le traité de Lisbonne pour contourner le « non » français à la Constitution européenne exprimé par référendum, ouvrant la voie à 15 années de violente contestation de la légitimité de cette décision. »

Mais qu’est-ce qu’il raconte ? Comme quoi même dans les hautes sphères on peut dire vraiment n’importe quoi. Même si le TCE avait été adopté, nous aurions eu quand même le TFUE évidemment, sans lequel il n’y avait tout simplement pas d’UE.

Le TFUE est la conséquence du Traité de Maastricht, de l’Acte Unique, pas du TCE.

Partant il n’était pas question du tout de contourner quoi que ce soit, d’autant que pour info les Pays-Bas aussi ont voté non et eux aussi ont eu le TFUE et il n’y a pas autant de cirque.

Cela dit, j’approuve la position française, sans réprouver la position allemande. Bien sûr que si le RU veut changer d’avis il peut, mais il doit se décider très vite.

Quoi qu’il en soit, pour ma part, je suis pour qu’ils sortent, pour qu’ils subissent de plein fouet les conséquences de leur décision et soient ainsi rapidement amenés à remplir une nouvelle demande d’adhésion, qui sera bien évidemment acceptée dans la foulée, mais cette fois sans opting-out, c’est l’adhésion à Schengen et l’adoption de l’Euro. Et si on parvenait à ce que le RU adopte l’Euro et Schengen, alors ce serait l’apothéose pour l’UE, qui verrait s’imposer l’Euro à 1,6 milliard de personnes dans le monde.

Moi je dis qu’on pourrait même s’autoriser à penser qu’un jour le Canada ou l’Australie l’adoptent aussi.

Laisser un commentaire

Fermer le menu