Huile de palme : offensive de l’Indonésie contre Bruxelles à l’OMC, risque de conflit

Huile de palme : offensive de l’Indonésie contre Bruxelles à l’OMC, risque de conflit

L’Indonésie porte plainte contre l’UE devant l’OMC sur le front de l’huile de palme, considérée par Bruxelles comme un danger pour l’environnement.,
Bras de fer en vue entre Jakarta et Bruxelles. L’Indonésie
[ Lire plus… ]

Ndlr : Et les indonésiens ont raison, parce qu’en fait il ne s’agit rien de moins qu’une guerre commerciale visant à protéger nos propres productions agricoles destinées aux agrocarburants, qui déforestent bien plus que l’huile de palme. L’huile de palme est six fois plus productive que toute autre. De fait, en la remplaçant par une autre production, il faut donc six fois plus de surface. Ca fait qu’en boycottant l’huile de palme sous prétexte de déforestation en Indonésie, a l’avantage de notre betterave, colza, tournesol, maïs ou canne à sucre, on va déforester six fois plus de surface en Amazonie pour produire le soja pour notre bétail que nous n’avons pas produit sur notre sol pour produire nos agrocarburants.

Ce n’est pas pour rien que l’on attribue à cette huile les pires défauts, qu’elle est mauvaise pour la santé, qu’elle déforeste, qu’elle appauvrit les populations, etc. Il s’agit bien d’une campagne de diabolisation, alors que plus de un milliard de gens l’utilisent au quotidien depuis toujours comme huile alimentaire comme nous le tournesol ou le colza. Et l’OMS a d’ailleurs réclamé une étude objective ou elle « invite les chercheurs à se montrer vigilant face à l’influence des lobbys » pour définir sa réelle toxicité, doutant de la véracité de ces informations. Dans cette étude l’OMS met en exergue le lien entre l’industrie alimentaire, la malbouffe, et cette huile, en précisant bien qu’elle est la plus consommée dans le monde par les populations. https://lmc.today/loms-appelle-a-des-recherches-plus-independantes-sur-leffet-de-lhuile-de-palme-sur-la-sante

Il est un fait que l’huile de palme est celle de l’industrie de l’alimentation ultra-transformée en remplacement des acides gras trans qui font des ravages dans la population. Mais alors ce n’est pas imputable à l’huile de palme, mais à l’industrie alimentaire. Et, donc, derrière cette prétendue protection de l’environnement en réalité il y a surtout une mauvaise foi exploitant le prétexte de la déforestation pour justifier la préférence de notre propre production, qui n’a surtout rien de plus écologique, pour ne pas se soumettre aux règles de l’OMC. Une affaire de gros sous pour laquelle l’Indonésie et la Malaisie ne peuvent se laisser faire, puisque c’est leur principale activité industrielle d’exportation.

Ce qu’il faudrait, c’est interdire mondialement les agrocarburants, donc y compris chez nous, qu’il soit interdit de cultiver pour produire du carburant. Et là il y aurait une volonté sincère de lutter contre la déforestation. Ce que personne ne fera, bien évidemment.