Herboriste : un métier d’avenir encore illégal en France

Herboriste : un métier d’avenir encore illégal en France

Les herboristes n’existent plus juridiquement en France depuis 1941 et le régime de Vichy. Une mission d’information a été créée au Sénat pour remettre la profession dans la légalité, alors que le marché des plantes médicinales n’en finit plus de croître. [Lire plus…]

Ndlr :

Encore heureux… ce n’est pas parce que c’est « naturel » que c’est plus sain. Bien au contraire, c’est moins prévisible, moins stable, moins bien préparé, donc beaucoup plus dangereux.

Mais si l’herboriste est dûment formé, il faut très vite légaliser ça. C’est en plus très porteur économiquement. Toutes ces plantes il faut les cultiver et c’est une agriculture à très forte valeur ajoutée au point qu’il est possible d’en vivre bien en cultivant quelques dizaines de mètres carrés sur commande des herboristes.

En se montrant visionnaire, on pourrait créer une chaîne de valeur et de connaissance grâce à la blockchain. Les lots de production seraient enregistrés sur la blockchain ainsi que les fiches correspondantes mises à jour régulièrement de sorte que le marché comme les compétences soient documentés en temps réel partout. Ainsi la connaissance est partagée et réduit encore les risques, exacerbe et unifie les compétences en stimulant l’industrie du numérique.

De quoi créer de nouvelles échopes, du e-commerce internet, de la valeur IT. L’économie du futur en plus d’une conscience sanitaire renforcée dans la population et une réduction de la pharmacopée chimique.

Et plein de nouveaux proverbes à inventer :

« Une infusion de digitale chaque matin rend le coeur moins chagrin ».

Ou « Une tartine de belladone et c’est Dieu qui nous pardonne ».