Habitat partagé : En Suisse, l’histoire d’une utopie devenue réalité

Habitat partagé : En Suisse, l’histoire d’une utopie devenue réalité

A Zurich, un immense projet d’habitat autogéré, basé sur une utopie libertaire, a vu le jour en 2001. Depuis, le modèle « Kraftwerk » s’est répliqué. Une aventure singulière que relate l’architecte Adrien Poullain dans un ouvrage richement documenté. [Lire plus…]

Ndlr : L’essentiel de la population étant urbain, il faut développer ce concept qui est idéal pour ceux appréciant la vie en société en déployant, en concentrant, tous les efforts possibles. Contrairement aux écoquartiers, qui dégénèrent systématiquement, l’habitat participatif dure dans le temps. En Suisse il y en a qui datent de plus d’un siècle, l’époque où la Suisse était l’un des pays les plus pauvres d’Europe. L’engouement n’est pas le même que dans les écoquartiers, qui ne sont que des logements. Au début leur population est exaltée et homogène, mais les logements vieillissent, se dévalorisent, au gré du turn-over naturel de nouveaux habitants arrivent, qui n’ont pas les mêmes intérêts. Dans le cas d’un habitat partagé, le modèle est collaboratif et il faut montrer patte blanche, adhérer aux valeurs, pour y accéder, ce qui garantit une homogénéité de la population dans le temps et donc la résilience du concept.

Laisser un commentaire

Fermer le menu