Faut-il en finir avec l’expérimentation animale ?

Faut-il en finir avec l’expérimentation animale ?

L’expérimentation animale fait débat. Sur un plan scientifique, un nombre croissant de chercheurs en vient à remettre en cause son utilité, voire à penser qu’elle a des effets néfastes sur la santé
[ Lire plus… ]

Ndlr : L’expérimentation animale ne repose véritablement que sur un chantage moral. Mais techniquement, elle est contraire aux intérêts de l’humanité comme du règne animal. Le fait même que l’Homme se considère comme supérieur et autorisé à ce titre à exploiter l’animal à son avantage démontre qu’il ne lui est en rien supérieur et qu’il n’est bel et bien qu’un animal avec des réactions animales.  En vérité, il n’existe pas de vie insignifiante. La prédation est une chose, de tuer n’est pas un problème, mais de faire souffrir exprès, de torturer, est un sérieux problème moral qu’un être évolué ne saurait s’autoriser à faire.  En 97 je suis venu la première fois en France avec le Docteur Professeur Bernard Blanc. Un connard de première en tant qu’individu, mais en tant que biologiste, il était de renommée mondiale et passait son temps entre deux avions, invité à tenir conférence à un bout ou l’autre de la planète. Un jour nous sommes venus accidentellement sur le sujet de l’expérimentation animale alors qu’il me racontait avoir capturé des serpents pour pratiquer dessus je ne sais plus trop quelles analyses. Je me suis engouffré dans l’opportunité et là il m’a répondu : « vous savez Thierry, tous les biologistes ne sont pas des salauds, nous n’avons fait aucun mal à ces animaux et nous les avons simplement relâchés et nos analyses ont permis de mieux les connaître en documentant certains points qui nous permettront de garantir leur survie ».   …Dont acte !  Le soir même nous avons mangé ensemble et il m’a dit : « l’expérimentation animale, ce sont les chercheurs qui la pratiquent, ceux qui trouvent, n’en ont pas besoin […] il existe des milliers de molécules, dont certaines, j’en suis certain, sont des molécules miracles pour l’Homme, mais qui sont restées à l’état de projet parce qu’elles ont produit des effets néfastes sur les animaux. En réalité, les vraies avancées imputables à l’expérimentation animale bénéfiques à l’Homme se comptent sur les doigts ».   …Re dont acte !  Je lui ai alors demandé pourquoi d’autres chercheurs ne se les approprient pas, avec d’autres techniques et là sa réponse a été évidente : « parce que l’expérimentation animale coûte si cher qu’elle absorbe l’intégralité des sommes dévolues à la recherche et pour trouver des investisseurs, il faudrait disposer d’arguments solides pour financer les recherches, alors que le seul argument que nous avons est que la molécule s’est avérée toxique pour les animaux ».  Il s’est avéré de tout ceci que si nous interdisions purement et simplement l’expérimentation animale, nous aurions une PROFUSION de nouveaux remèdes qui arriveraient sur le marché et pas plus de problèmes avec l’expérimentation humaine puisque les nouveaux protocoles imposeraient encore bien plus de prudence.