En pleine tourmente, la Turquie revoit son programme économique

Alors que la lire a touché un plus bas historique hier, le ministre de l’Economie présente des mesures pour tenter de limiter la croissance et juguler l’inflation. [Lire plus…]

Ndlr : inflation à près de 16% (sur un an, l’article est mal écrit, laissant supposer que c’est par mois, ce qui n’est pas le cas), dette souveraine qui représente tout-de-même la moitié du PIB au taux d’intérêt de 17%…c’est intenable. La Turquie, bien que les turcs croient au génie économique d’Erdogan, connaissait tous les symptômes de la surchauffe depuis plusieurs années. Là, c’est terminé, je ne crois pas aux mesures prises par le ministre de l’économie. L’économie turque prend tout droit le chemin de celle du Venezuela. Même si elle n’atteindra jamais une situation aussi critique, parce que son industrie et ses entreprises commerciales sont indemnes, elles n’ont pas été détruites par le dictateur, comme c’est le cas au Venezuela. Mais la Turquie a en sa défaveur des guerres de l’autre côté de ses frontières. Entre le durcissement du régime et son islamisation et la situation géopolitique instable, les investissements étrangers sont en chute libre de 85%. Si Erdogan rendait le pouvoir à un démocrate intelligent, il serait encore possible d’éviter le désastre, mais ça ne durera pas.

Laisser un commentaire

Fermer le menu