En France, sortir du nucléaire coûterait cher, y rester aussi

En France, sortir du nucléaire coûterait cher, y rester aussi

Pour l’Institut Montaigne, abandonner l’atome coûterait 217 milliards d’ici à 2035. Mais selon la Cour des comptes, la seule maintenance des réacteurs actuels coûterait 100 milliards.
[ Lire plus… ]

Ndlr : Comme d’habitude, l’Institut Montaigne considère que d’investir dans les ENR est un coût, alors que d’investir dans le nucléaire est un gain.  Imaginez des unités de fabrication de centrales houlomotrices. La construction d’un gigantesque barrage marémoteur à l’estuaire de la Gironde, pour protéger Bordeaux de la montée des eaux et qui donnerait du boulot à des centaines d’ouvriers durant 20 ans pour produire finalement l’équivalent de 4 réacteurs nucléaires. Imaginez des unités de production d’accessoires de micro-énergie, des paillassons piezo ou des gonds de porte pour produire de la micro-énergie suffisante pour éclairer l’entrée de la maison rien qu’en marchant sur le tapis ou en poussant la porte.  Les ENR, c’est des milliers de milliards de PIB sur des décennies.  Et ça c’est sans compter que rien ne contraint au démontage des centrales nucléaires dans l’immédiat. On peut les mettre à l’arrêt, s’inquiéter juste des déchets les plus radioactifs puis ensuite on peut mettre un siècle ou deux pour démanteler le reste, d’ici-là on aura certainement appris à gérer la radioactivité. Et cette tâche de démontage pourrait être confiée partiellement à des entreprises étrangères, ce qui nous permettrait de rééquilibrer notre balance commerciale sans importer des tas de biens que nous pourrions produire alors chez nous.