Déclaration commune de la haute représentante de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité et du Secrétaire général du Conseil de l’Europe à l’occasion de la Journée européenne et mondiale contre la peine de mort

Déclaration commune de la haute représentante de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité et du Secrétaire général du Conseil de l’Europe à l’occasion de la Journée européenne et mondiale contre la peine de mort

À l’occasion de la Journée européenne et mondiale contre la peine de mort, le Conseil de l’Europe et l’Union européenne (UE) réaffirment leur opposition ferme à la peine capitale dans tous les cas et en toutes circonstances. La peine de mort est une atteinte à la dignité humaine. Elle constitue un traitement cruel, inhumain et dégradant et est contraire au droit à la vie. [Lire plus…]

Ndlr : A noter qu’à titre personnel, je suis pour la peine de mort pour certains individus. Je pense que si elle a été abolie, c’est parce qu’on l’a utilisée pour massacrer des masses de gens à tout propos. Les annales de la peine de mort en France démontrent des matinées d’exécution pouvant atteindre plus de 15 exécutions à la suite devant une foule affamée consommant des sandwichs. La mort était banalisée, spectaculaire, dégradante, dégoûtante. Finalement, comme toute réaction fatalement exacerbée, plutôt qu’être raisonnée, elle a été totalement abolie. Alors que bien appliquée, elle n’aurait pu exécuter que quelques individus, pas plus de 5 ou 6 en quarante ans sur le territoire français.

Mais, désormais, elle n’est plus applicable, revenir en arrière sur ce point et l’appliquer reviendrait à la valider et induirait inéluctablement des dérives. Entre raisonner ce qui est et autoriser ce qui n’est plus, il y a un monde et donc désormais il n’y a pas d’autre choix que de se battre pour l’abolition inconditionnelle de la peine de mort. D’autant qu’un jour la recherche scientifique nous offrira des solutions pour la guérison des coupables et même la détection en amont des risques potentiels. Aujourd’hui nous nous attaquons à la peine de mort, comme hier nous nous sommes attaqués aux pénitenciers, demain nous nous attaquerons aux prisons. La civilisation avance et c’est tant mieux et, ma foi, il vaut mieux laisser vivre un coupable que tuer un innocent.

Laisser un commentaire

Fermer le menu