BITCOIN : LE KRACH DES CRYPTOMONNAIES A ÉTÉ PLUS VIOLENT QUE LA BULLE INTERNET

Depuis le début de l’année, les 10 plus grandes cryptomonnaies sont en chute libre. [Lire plus…]

Ndlr :

Comme le marché des cryptos n’est pas libre, qu’il ne fonctionne que sous influence, par manipulation des cours,il se peut qu’il remonte.

il n’en reste pas moins que là ça devrait calmer les plus ardus du sujet qui voient dans ces prototypes un avenir, alors qu’il ne saurait s’agir de monnaies puisqu’elles ne reposent sur rien.

On l’a dit, redit, voilà, on y est.

Et même si les cours devaient remonter, c’est juste que quelques investisseurs suffisamment riches pour influencer les cours auront encore profité une dernière fois de ce système ultra-inégalitaire, cette machine à transférer de la richesse de la poches des pauvres crétins vers les riches malins.

La blockchain elle-même n’a pas d’avenir, sa scalabilité la rendant définitivement rédhibitoire. C’était un concept, mais qui n’a pas d’avenir en tant que tel et désormais les idées commencent à émerger. Et avec des technologies bien plus prometteuses comme l’IOTA : https://medium.com/iota-et-tangle/presentation-iota-tangle-2d6e63e3a70 (Merci Léo pour la trouvaille)

Et là de vraies monnaies pourraient reposer dessus puisque la scalabilité nulle garantit l’infini des transactions, sur cette unique chaîne universelle tout pourrait venir se greffer et ainsi les cryptomonnaies reposeraient sur l’intégralité de la valeur connectée. Votre machine à café DeLonghi ou votre réfrigérateur Libherr pourraient valider une transaction à Petaouchnok. C’est leur valeur intrinsèque de biens matériels qui serait la contre-valeur des cryptomonnaies, ouvrant alors la voie au crédit via des swaps monétaires.

Laisser un commentaire

Fermer le menu